El-Maarouf : Grève des médecins et des agents contractuels


Par , le dans l'actualité comorienne
 El-Maarouf : Grève des médecins et des agents contractuels PANNE. La situation ‘‘dramatique qui prévaut actuellement au sein de l’hôpital El- Maarouf nous interpelle. (…;) Elle constitue une grande menace pour la santé des Comoriens en général et particulièrement pour ceux qui résident à Ngazidja’’ lit-on dans une lettre que le président du Conseil d’administration du centre hospitalier a adressée au chef de l’Etat.

Après les médecins, c’est au tour des agents contractuels du Centre hospitalier national El-Maarouf de se mettre en grève. Un préavis a été, à cet effet, lancé le jeudi 10 septembre. Selon nos informations, ils accusent sept mois d’arriérés de salaires et en réclament le paiement d’au moins cinq, «seule condition pour reprendre du service», précisent-ils.
On ne le dira jamais assez : le principal établissement hospitalier des Comores traverse actuellement une très mauvaise passe. On avait cru qu’avec la démission de son directeur général, Mohamed Soudjay, les médecins allaient lever le piquet de grève et se remettre au travail. On en est encore loin. Ils demandent encore la levée des sanctions qui frappent deux de leurs (lire Al-watwan du 10 septembre 2015).
En effet, un arrêté ministériel a mis à la disposition de la fonction publique deux médecins spécialistes d’El-Maarouf. «Une décision qui ne ferait que dépouiller encore plus l’hôpital», déplore-t-on du côté du corps médical.
L’affaire est montée jusqu’à Beit-salam. Dans la soirée du jeudi 10 septembre, le chef de l’Etat a reçu le président du Conseil d’administration d’El-Maarouf suite à une lettre que ce dernier lui avait adressée quelques jours plus tôt.
Dans cette correspondance, l’organe suprême du centre hospitalier faisait état des difficultés rencontrées par les Comoriens en général, particulièrement ceux résidant à Ngazidja, pour se faire soigner. «Le contexte particulier et dramatique qui prévaut actuellement au sein de l’hôpital El- Maarouf nous interpelle et se doit d’être signalé, car il constitue une grande menace pour la santé des Comoriens en général et particulièrement pour ceux qui résident à Ngazidja», y lit-on.

Le courrier rappelle la principale cause de cette grève des médecins, à savoir «la mauvaise gestion» de la direction générale sortante.
Joint au téléphone, hier, le président du Ca, Mahamoud Moussa, nous a affirmé qu’aucune issue n’était encore trouvée pour la reprise effective des activités à l’hôpital. Par ailleurs, des procédures seraient en cours pour le recrutement d’un nouveau chef à la tête de l’établissement.
Ks