Hôpital de Mitsamiouli Les grévistes réclament un audit financier


Par , le dans l'actualité comorienne
Hôpital de Mitsamiouli Les grévistes réclament un audit financier Accusant 10 mois d’arriérés de salaire, 70 agents de l’hôpital de Mitsamiouli réclament un audit financier à l’endroit du directeur de l’établissement. Après quoi, ils s’engagent à mettre fin à la grève déclenchée depuis plus d’un mois déjà.
Les 70 agents contractuels de l’hôpital pôle de Mitsamiouli n’abdiquent pas. Entrés en grève depuis le 13 septembre dernier, ils exigent que le directeur de l’établissement, Halidi Ahmed Abdou, qu’ils soupçonnent de malversations, soit contrôlé.
« Au début, nous avions demandé à ce qu’on nous paye 5 mois sur les 10 mois d’arriérés. Mais aujourd’hui, l’audit nous suffira car nous connaissons la suite », a déclaré Soidikoudine Ben Soilihi, secrétaire général du mouvement.
Selon lui, l’hôpital génère beaucoup d’argent. « Rien qu’entre mars et août 2015, les recettes s’élevaient à 55 574 665 Fc. Où va cet argent alors qu’on nous paye en monnaie de singe ? », a-t-il protesté.
Le secrétaire général du mouvement s’est également plaint que le directeur l’établissement aurait présenté les appareils de radiographie à la Meck afin de bénéficier d’un prêt, pour l’hôpital. Un fait que le principal concerné n’a pas cherché à démentir.
« A la Meck, quand on m’a demandé la garantie, j’ai fait savoir que nous disposons d’équipements générateurs d’intérêt, dont l’appareil de radiographie », a dit Halidi Ahmed Abdou qui n’a pas manqué de rappeler que les dépenses qu’effectue l’hôpital sont élevées par rapport aux recettes brandies par les grévistes.
« A partir de l’exercice budgétaire de l’année 2015, nous avons payé 6 mois, dont 4 de l’an 2014 et un peu plus de deux mois de l’année en cours. Dissimuler ces dépenses est une malhonnêteté intellectuelle », s’est emporté M. Abdou.
Aucune issue n’a encore été trouvée. Le directeur assure avoir ordonné l’audit. Un fait que les grévistes disent ignorer.
« Le conseil d’administration l’avait demandé auprès de la Cour des Comptes. Mais vu la lenteur administrative, j’ai exhorté le CA à se tourner vers le commissariat aux finances. Car j’estime que la vérité doit jaillir », a précisé le directeur.