Prévention contre la peste : Les autorités mentent pour assurer la population


Par , le dans l'actualité comorienne
Prévention contre la peste : Les autorités mentent pour assurer la population Le docteur Arifachad Salim, chef de l’équipe de santé aux frontières, prétend que Le service de contrôle sanitaire de l’Aéroport international Moroni prince Said Ibrahim a d’ores et déjà commencé à contrôler depuis samedi dernier, tous les passagers en provenance de Madagascar.

Selon lui, le service sanitaire de l’aéroport composé habituellement de 3 personnes, serait renforcé par trois autres en cette période.

“Nous prenons la température des passagers en provenance de Madagascar, pour cela nous utilisons un thermo scan. Pour l’instant, nous n’avons répertorié aucun cas suspect pour les vols d’air Madagascar ayant eu lieu samedi et dimanche. Si jamais cela arrivait, nous le tiendrons éloigné du reste des passagers”, avance Arifachad Salim.

Selon lui, un matériel désinfectant est déjà sur place en plus des masques et des gants. “Le personnel sanitaire, les agents qui manipulent les colis et ceux chargés de l’assistance au sol sont tenus de se protéger” dit-il.

Notons que lors de notre passage à l’aéroport, aux alentours de 11h hier lundi, nous n’avons trouvé ni dispositif mis en place ni agent de santé.


Nous avons tenté d’interroger le personnel de la douane qui nous a renvoyé au coordinateur national de la sûreté et la sécurité aéroportuaire, Abdallah Mohamed. Selon ce dernier, le personnel de santé de l’Aimpsi a été renforcé et un matériel qui sert à détecter les cas suspect serait également sur place.

“Nous avons reçu des désinfectants et pour le moment tous les colis en provenance de Madagascar sont automatiquement désinfectés. Pour ce qui est de l’aéronef, lui aussi devra obligatoirement subir une désinfection depuis Madagascar, le commandant de bord nous présentera un certificat attestant que l’appareil répond aux nouvelles normes en vigueur en précisant le nom du produit qui a été utilisé pour ce faire”.

Il ajoutera qu’une fois sur place, “les passagers ne pourront quitter l’avion qu’une fois le certificat présenté. Les bagages eux seront mis en quarantaine durant une vingtaine de minutes le temps qu’ils soient assainis”.

Ces propos viennent contredire ceux tenus par le chef d’équipe de la santé aux frontières. En effet, celui-ci affirmait plus haut que chaque passager allait être automatiquement contrôlé.

Abouhariat Said Abdallah