Deux responsables de la Radio Kaz sont placés en garde à vue ce lundi depuis 9h du matin


Par , le dans l'actualité comorienne
Deux responsables de la Radio Kaz sont placés en garde à vue ce lundi depuis 9h du matin Deux responsables de la Radio Kaz sont placés en garde à vue ce lundi depuis 9h du matin. Youssouf Abdou (DG) et Idriss Youssouf (notre photo) alias RadjaMek (animateur de la Matinale) se sont rendus à la Brigade de recherche ce matin pour repondre à des convocations et se sont vus signifiés une garde à vue qui court jusqu'au moment où nous ecrivons ces lignes (23h 15).



La gendarmerie n'a toujours pas evoqué les motifs de cette garde à vue arbitraire, selon Ali Abdou Mkouboi, journaliste à cette même radio. "En verité, les gendarmes veulent mettre la main sur Oubeidillah et souhaitent que celui-ci se rende avant de dire quoique ce soit'', dit-t-il. Le gouvernement, explique Ali Abdou, ne supporte pas que des responsables politiques de l'opposition s'expriment à la Radio Kaz encore plus se donner le courage de critiquer les assises nationales.

Les gendarmes mènent depuis trois jours une chasse dans certains quartiers de Moroni à la recherche du journaliste Oubeidillah Mchangama. Sans succès. Cela fait des semaines que le directeur de la radio La Baraka Fm, Abdallah Abdou Hassane (Agwa) fait l'objet d'un mandat d'arrestation et se trouve obligé de vivre dans la clandestinité.

Comme nous l'avions écrit, le pouvoir, à travers le ministère de l’intérieur, poursuit des nouvelles formes d'intimidation et harcèlement sans precedent contre les gens de la presse. Des méthodes qui font honte à leurs auteurs...Qu'ils sachent que la pensée unique n'as pas sa place au 21eme siècle et encore plus à l'ere des nouvelles technologies. Peine perdue....
*
Par Abdillah Saandi Kemba