Gestion des déchets de Moroni : Les deux marchés jonchés de montagnes d’ordures


Par , le dans l'actualité comorienne
Gestion des déchets de Moroni : Les deux marchés jonchés de montagnes d’ordures Après des jours de crise sur la gestion des déchets de la capitale, les deux marchés sont jonchés de montagnes d’ordures ménagères. Une situation lourde de conséquences surtout pour les vendeurs et vendeuses contraints de cohabiter avec ces déchets avec tous les risques que cela implique.


La gestion des ordures dans la capitale est pour l’heure au point mort. Au côté sud du marché de Volo Volo, main sur le nez, les passants, les passagers des taxis et les vendeurs ambulants ne cessent de râler à cause d’une odeur nauséabonde qui plane en permanence. Depuis une dizaine de jours des vendeurs quittent peu à peu cet espace d’une dizaine de mètres où les ordures continuent de s’entasser.

Et il y a aussi un peu de fumée dans cette montagne d’ordures. Tout près de sa brouette remplie de marchandises, Adrami Youssouf, vendeur ambulant depuis un an à Volo Volo, nous explique les raisons qui poussent les vendeurs de la place à brûler les déchets.

C’est une façon de diminuer la quantité des ordures. L’odeur va nous tuer si on ne les brûle pas. Des vendeurs ont levé l’ancre à cause de cette odeur. Comment travailler ici avec des odeurs aussi nauséabondes ? Même les acheteurs ne viennent plus comme avant, fustige ce diplômé de licence en droit.


Ce jeune âgé de vingt-huit ans estime que tous les vendeurs vont devoir quitter les lieux d’ici peu.