Les Comores méprisent les pêcheurs, Les Seychelles s'enrichissent avec


Par , le dans l'actualité comorienne
Les Comores méprisent les pêcheurs, Les Seychelles s'enrichissent avec Les quatre pêcheurs comoriens qui avaient disparus en mer viennent d'être retrouvés à Madagascar. Deux d'entre eux ont trouvé la mort(selon Alwatwan). Le sort de ces pauvres malheureux disparus dans l’indifférence des autorités, avait ému de nombreux internautes.

Cette tragédie met en lumière le mépris auquel sont assujettis les pêcheurs dans la société comorienne. Tandis que dans d'autres pays cette profession fait l'objet de toutes les attentions de la part des pouvoirs publics, chez nous on la considère comme un métier ingrat et indigne. Combien de fois a-t-on entendu des familles refuser que leur fille se marie avec un Mlozi?

Ailleurs c'est tout le contraire, les pêcheurs sont vu comme des entrepreneurs, exerçant une activité lucrative bénéfique au pays. Les Seychelles ont pris leur indépendance en 1976, un an après nous. A l'époque la pêche n'était pas un secteur économique important dans le pays. Aujourd'hui la pêche rapporte autant de devises étrangères que le tourisme et représente 20% du PIB et plus de 250 millions d'euros d'exportations.

Les Seychelles est devenu un des plus grands producteurs de thon au monde. Plutôt que de donner des autorisations aux thoniers européens de venir piller leurs fonds marins, comme nous le faisons Aux Comores, nos voisins Seychellois les ont obligé a ouvrir des conserveries sur place pour la transformation du produit avant d'être exporté vers l'Europe.

Cela a généré une création d'emplois et des retombées économiques importants. Les Seychelles sont, comme nous un archipel, ils ont compris que l'économie bleue, c'est à dire liée aux activités maritimes, est leur plus grande richesse.

Pendant que nous méprisons la pêche et les pêcheurs, les nations intelligentes en tirent profit. Si nous avions des autorités soucieux de leur peuple, des recherches auraient étaient entrepris, les pays voisins avertis, on aurait remuer ciel et terre pour retrouver ces pêcheurs. hélas ...

Comorya