Argent des passeports dans un paradis fiscal. Le député Oumouri confirme


Par , le dans l'actualité comorienne
Argent des passeports dans un paradis fiscal. Le député Oumouri confirme

Lors d'un point presse, le député Oumouri membre de la commission d'enquête parlementaire, a confirmé qu'il existe bel et bien un compte de la citoyenneté économique, au Belize, un pays classé parmi les paradis fiscaux.

Il cite, exemple à l'appui, le cas de Kulak une société turque de construction qui a réalisé des travaux aux Comores. Cette entreprise a été payé avec de l'argent provenant de ce compte secret.

Le parlementaire qui détient les vidéos des audiences des personnes impliquées, affirme que Mamadou, Dossar, Sambi et Ikililou ont reconnu l'existence de ce compte devant la commission.

L'argent qui venait des Emirats au lieu d'atterrir directement à la banque centrale des Comores, passait par le Belize, une nation que 99% des comoriens ne sauraient pas situer sur une carte.

Je veux bien accorder le bénéfice du doute à nos dirigeants, mais il y a des limites aux couleuvres que l'on veut faire avaler au peuple comorien.

Aucun de nos présidents ou vice-présidents ou ministres des finances n'a trouvé cela suspect que Bashar Kiwan place l'argent dans un paradis fiscal ou étaient-ils complices?

Il a fallu attendre que la Banque de France intervienne pour dire que la source de cet argent n'est pas nette. Un tel degré de naïveté collective au sommet de l'Etat ne peut que susciter des interrogations.

Dans un autre registre Le député Oumouri a déploré que le bureau de l'assemblée nationale a rendu le rapport définitif sans consulter au préalable les membres de la commission d'enquête.

Sans contester les trafics dont le rapport fait état, il a remis en question les sommes évoquées par le député Dhoulkamal et le président de l'assemblée Abdou Ousseni.

Il a enfin révélé que même sous Azali des milliers de passeports continuent a être imprimés dans le cadre de la citoyenneté économique, mais il dit ne pas savoir s'ils ont été distribués ou pas.

COMORYA