Des fortes pluies, des vents violents et des grandes vagues s’abattent à Moroni


Par , le dans l'actualité comorienne
Des fortes pluies, des vents violents et des grandes vagues s’abattent  à Moroni Depuis la semaine dernière, de fortes pluies et vents frappent l’archipel des Comores.
L’Agence Nationale de la Météorologie et de l’Aviation Civile assure que le pays ne se trouve pas en alerte cyclonique mais que la pluie va continuer encore jusqu’à mercredi.
Les comoriens commençaient à se douter si le pays ne fait pas face à un cyclone. De fortes pluies, des vents violents et des grandes vagues s’abattent dans la capitale et ses environs. Toutefois, l’Agence Nationale de la Météorologie et de l’Aviation Civile (ANACM) tient à rassurer la population et confirme que le pays ne fait pas face à un danger cyclonique. Les météorologues de l’ANACM parlent de présence d’une Zone de Convergence Inter Tropicale (ZCIT). « Du 15 Novembre au 15 Mai, la ZCIT quitte le Nord vers le Sud. Actuellement, il se trouve juste au Sud de nos îles », déclare Hakim Youssouf, météorologue à l’ANACM. Dans ses prévisions, l’ANACM annonce que la pluie va persister jusqu’à mercredi et que le vent devrait durer encore jusqu’à la fin de la semaine. « Nous sommes face à un flux de mousson. Et c’est ce phénomène qui
cause les vents violents, les grandes vagues mais aussi c’est celle qui fait que la mer soit agitée », poursuit-il.
L’ANACM a signalé aussi la présence de deux cyclones dans la région. Le premier s’appelle Chidza qui a commencé depuis le 15 Janvier. Elle a pour origine le canal de Mozambique et se dirige actuellement vers le Sud de Madagascar. Le deuxième s’appelle Bansi. Ce dernier a contourné l’île de La Réunion avant de se diriger vers les Rodrigues. Ce dernier a commencé depuis le 10 Janvier et commence à se dégrader depuis hier lundi.
Pour rappel, les fortes pluies et les vents violents ont causé d’énormes dégâts dans la région de Hambou et de Bambao. Des maisons ont été détruites, les bananiers mais aussi les manguiers et les fruits à pain ont été emportés par le vent. Une terrible situation pour les habitants de ces deux régions.
Mohamed Youssouf