COMMUNE DE MBOUDE GNOUMA MDRO KIBLANE : La question de l’hôtel de ville divise la commune


Par , le dans l'actualité comorienne
COMMUNE DE MBOUDE GNOUMA MDRO KIBLANE : La question de l’hôtel de ville divise la commune La commune de Gnouma mdro kiblani fait parti des 15 communes qui ont été sélectionné pour le financement des hôtels de ville. Mais l’endroit de l’implantation divise la commune.
L’adage comorien nous appris que « yenkoudzi ya pvimiwa myengoi yotso pvimiwa moindziwa », la ville de Djomani chef lieu de la commune qui avait manipulé il y a plus de deux ans, les autres villages de la commune sur la question de « GNAMA YARAROU » une histoire ancienne qui avait divisée la région de M’boudé, se trouve aujourd’hui entre le marteau et l’enclume. Les 5 villages de la commune se trouvent aujourd’hui contre Djomani et Chamlé sur la question de l’endroit ou devrait implanter l’hôtel de ville. Si Djomani avait pu dans cette affaire de « Gnama yararou » manipuler ses voisins contre Ntsaoueni la capitale régionale, cette fois-ci son couteau à double tranchant risque de lui faire mal. Alors ou à commencer l’affaire qui risque de faire un tollé dans la commune de Gouma mdro kiblane. Tout à commencer à partir d’une idée machiavélique que la ville de Djomani chef lieu de la commune a conçu en commune accord avec son mentor de Chamlé sur la construction de l’hôtel de ville entre le deux ville. Une idée mal aperçue par les autres villages qui ne voit pas en bon œil cet emplacement. Les autres villes de la commune notamment : KOUA, DOUNIANI, MANDZA, HELENDJE, MDJOIYEZI, ont proposé à l’unanimité la place BANDAMADJI située entre KOUA et DJOMANI. Dans cet endroit où se trouve le MOUDRIA est d’abord au cendre de la commune puis, elle est en possession de la commune. Ainsi qu’elle est accessible pour tout le monde.
Mais nos amis de Djomani et Chamlé ne partage pas cette idée pour des intérêts villageoise tout en qualifiant les autres villages des ignorants. D’où l’irritation des intellectuelles des autres villages mais aussi les notables qui ont montré les mésententes contre Djomani en boudant la plus part d’entre eux à la cérémonie de pose de la première pierre du lycée professionnel ce mercredi 28 janvier à Djomani. Le dimanche 11 janvier, les jeunes cadres de la commune se sont retrouvés à Chamlé sous l’ombre du maire de la commune Moindjié wa Msoili mais cette rencontre a accouché d’une souris. Furieux et consternés par les réactions des jeunes de Djomani la capitale communale, les jeunes des autres villages ont quitté la réunion avec irritation. Mais dans leurs villages respectifs, la formation d’un bloc anti-Djomani est ressentie. Pire encore, le virus a touché la notabilité qui a été long temps divisé par le problème de Gnama ya rarou ». La ville de Djomani s’est montré jalouse déjà en s’opposant à l’ouverture du collège rural de GNOUMA MDRO KIBLANE à Douniani.
Le comble dans tout cette affaire, ce que les autres communes de l’ile, leurs hôtels de ville sont soit en finition soit en plain travaux. Et pour notre commune, plus d’un an après la mise en place de la délégation spéciale, la détermination de l’endroit d’implantation de l’hôtel de ville n’est pas résolut. En quelque semaine des élections communales, peut être cette « énigme » servira à la nouvelle équipe qui sera élue le 22 février prochain d’un repas d’entré dans la commune. Mais tout semble n’est pas avoir une réponse à tant puisque le maire actuelle est candidat à sa propre succession et il figure parmi les favoris alors qu’il n’arrive pas à dénouer cette crise. Mais bon c’est une autre histoire. C’est qui est sur, la ville de Djomani la capitale communale récolte ce qu’elle a semé. Comme disait l’adage « ye ya wala woupepo yetso vouna idjoundou ». Haya tramatsilo mbendza magno.
Nakidine Hassane