Que sont devenus les meilleurs d’ entre nous ?


Par , le dans l'actualité comorienne
Que sont devenus les meilleurs d’ entre nous ? Ils étaient toujours les meilleurs en classe, ont passé leurs examens avec succès et mention et n’ont jamais redoublé dans leur cursus scolaire et universitaire. Ces meilleurs d’ entre nous sont pourtant invisibles dans la classe politique et dirigeante de notre pays depuis plus de deux décennies. Cette élite qui est pourtant chouchoutée ailleurs est marginalisée, ridiculisée, dans son propre pays. Conséquence, plusieurs d’ entre eux ont préféré exercer leurs talent ailleurs ou en dehors du pays. Il faut dire que ce pays est pris en otage depuis des années par ceux qui n’ont jamais brillé dans leurs études, qui ont refait plusieurs fois leurs examens ou qui ont carrément fraudé leurs diplômes. Avec leurs « grandes gueules », leurs cynismes, leurs incompétences, leurs « sans-foutisme », ils tirent le pays vers le bas. Le pays ne favorise pas malheureusement l’excellence dans les nominations aux postes stratégiques de prise de décision, dans le recrutement dans la fonction publique, dans les établissements publics et les sociétés d’Etat. Ces nominations sont partisanes, régionalistes et ne font pas recours à des critères de compétence, de probité d'intégrité et d’honnêteté. C’est celui qui fait preuve de "soumission", de "lèche-bottes", de "griotisme", de violences verbales, d'insolence... qui a toute les chances d’intégrer ces fonctions.

La population, elle aussi, ne choisit pas toujours lors des différentes élections qui se déroulent dans ce pays, les candidats les plus intelligents, les plus honnêtes qui ont démontré dans leur carrière professionnelle, leur passé, leur intégrité, leur honnêteté et leur amour au pays. Le profil de la plupart des élus, du scrutin du 25 janvier et 22 février 2015 reflète l’image d’un pays qui encourage la médiocrité et l’incompétence.

Ce pays a besoin de son élite pour sortir du trou dans lequel il se trouve. Ce ne sont pas ceux qui ont obtenu avec toutes les difficultés du monde leurs diplômes, les sinistrés du système éducatif, les menteurs, les voleurs, les fraudeurs de tout poil, les sans-gênes qui vont sauver ce pays. Mais comme dit l’adage, chaque peuple a les dirigeants qu’il mérite.