Les ordures empêchent El-Maarouf de rouvrir ses portes


Par , le dans l'actualité comorienne
Les ordures empêchent El-Maarouf de rouvrir ses portes Négatif. C’est la réponse faite à la direction de l’hôpital El Maarouf le 11 mars dernier par les contestataires de l’établissement qui ont subordonné la reprise du travail au ramassage des ordures et à leur évacuation vers le site d’Itsoundzou comme on leur avait promis.
« Nous ne reprendrons pas le boulot tant que les ordures seront là », a déclaré l’infirmier major Mistoihi Bourhane, le leader du mouvement de contestation qui a conduit El-Maarouf à fermer ses portes, depuis plus de 10 jours.
Une solution semblait pourtant avoir été trouvée. Un expert avait été recruté pour ramasser, traiter et évacuer les ordures pour la modique somme de 10 millions. « L’expert nous avait assurés, le 8 mars dernier, que la fosse allait être prête en 24 heures », a rappelé l’infirmier major.
« Mais ayant constaté que quatre jours après, rien n’avait été fait, je me suis rendu à Itsoudzou pour voir où en était-on. La fosse prévue pour accueillir les ordures hospitalières n’a pas été creusée », a déclaré l’infirmier qui a précisé, toutefois, que le terrain a été déblayé. La promesse n’a pas été tenue.
« Pire encore, en laissant ces ordures, il prend El-Maarouf en otage car nous n’accepterons pas de malades tant qu’elles seront là », a-t-il dit avant de conclure : « c’est au gouvernement de prendre ses responsabilités, la situation exige d’être traitée avec la plus grande urgence ».
A l’heure où nous bouclions cette édition, les ordures étaient toujours là. Et les portes d’El-Maarouf toujours closes…
Faïza Soulé Youssouf