Le président par intérim admet avoir été enlevé par la gendarmerie


Par , le dans l'actualité comorienne
Le président par intérim admet avoir été enlevé par la gendarmerie Doyen d’âge et donc président par intérim du conseil de l’île de Ngazidja, Said Mohamed Ahmed parle d’« enlèvement », s’agissant de son « exfiltration » par les forces de l’ordre du siège du conseil lundi dernier. Un acte qui ne semble pas ébranler ce doyen d’âge du conseil.
« En aucun moment, je ne me suis cru en danger », a déclaré aux journalistes, Said Mohamed Ahmed, président par intérim du conseil de l’île de Ngazidja, parlant de l’ambiance très tendue qui avait provoqué son exfiltration du siège du conseil de l’île, lundi 16 mars.
« Je ne sais pas qui a appelé la gendarmerie pour me faire sortir de mon bureau », a indiqué cet élu du parti Mouroua. Doyen d’âge des conseillers élus aux dernières élections, il a admis avoir subi des « agressions verbales » de la part d’un conseiller qui s’était déchaîné contre sa personne pour sa persistance à faire tenir la séance plénière pour une session censée se refermer le même jour.
« Du sang va couler si vous vous entêtez à organiser le vote, des propos menaçants que le conseiller Inoussa (un élu proche du parti au pouvoir) m’a adressés », a-t-il révélé.
Dans la foulée, cet ancien militant du front démocratique (FD) a précisé qu’un haut gradé de la gendarmerie s’est présenté pour lui signifier que sa sécurité n’est pas garantie. C’est par la suite qu’il allait être conduit vers une destination inconnue de lui avant d’être conduit chez lui, à Mitsamiouli où des policiers se trouvaient
en faction pour assurer sa sécurité.
Magnanime, il a déclaré avoir pardonné ses agresseurs qui lui ont présenté leurs excuses au lendemain des événements.
A l’entendre cet épisode « regrettable » ne pourrait pas entamer l’alliance entre sa formation politique Mouroua et l’UPDC proche du pouvoir. « S’il y a tension, il y a épreuve de vérité. On reste fidèle à notre position », a renchéri Abdérémane Ahmed Koudra membre du bureau politique du parti Mouroua.
Said Mohamed Ahmed a tenté de justifier les décisions d’ajourner sine dit la plénière devant aboutir à l’élection du président du conseil, l’examen du règlement intérieur, la désignation des trois conseillers devant représenter l’île au parlement de l’Union.
Maoulida Mbaé