Visite de Wang-gioqiang à l’hôpital de l’amitié comoro-chinoise


Par , le dans l'actualité comorienne
Visite de Wang-gioqiang à l’hôpital de l’amitié comoro-chinoise COOPERATION. L’Hôpital de l’amitié comoro-chinoise de Bambao-mtsanga a été officiellement remis aux autorités comoriennes le 11 juillet 2014, après deux ans de chantier. Sa construction a coûté quatre milliards de francs comoriens.
En compagnie du vice-président comorien en charge de la Santé, Fouad Mohadji, et de l’ambassadeur de Chine en Union des Comores, Xiao Ming, le ministre de la Commission nationale chargée de la Santé et de la Planification familiale de la
République populaire de Chine, Wang-gioqiang, a visité l’hôpital de Bambao-mtsanga le dimanche dernier, 5 avril. Cet hôpital est, pour rappel, construit grâce à l’aide financière de la République populaire de Chine. Une brève cérémonie a,
pour cette occasion, été organisée dans l’enceinte de l’hôpital, à laquelle avaient pris part plusieurs autorités de l’exécutif anjouanais et des habitants de la région de Bambao.
Dans son propos, Wang-gioqiang a parlé d’un «hôpital de qualité, excellent même en Chine», et espéré qu’il «sera mis en service le plus tôt possible pour les besoins de la
population comorienne». Il n’a pas indiqué de date précise d’ouverture de l’établissement, mais son homologue comorien, Fouad, tentera de fournir quelques explications à ce propos. «Je ne peux vous dire exactement quand l’hôpital ouvrira mais sachez, par contre, que la Chine a accepté de prendre en charge son fonctionnement, comme nous l’avons demandé. Et ce n’est pas que nous n’avons pas confiance en notre personnel médical, mais il y a dans cet hôpital du matériel dernier cri que nous ne saurons pas utiliser.
D’ailleurs nous avons aussisollicité de nos amis chinois l’offre de formations en Chine à nos agents», a-t-il dit.
Le ministre chinois a, après le centre hospitalier, continué sa visite à la centrale hydroélectrique de Bambao-mtsanga, sis à quelque distance de l’hôpital. «Ilfaut une autre source d’énergie car si nous devons compter sur la fourniture d’Eda [Electricité d’Anjouan], cet hôpital ne fonctionnera pas», expliquera le vice-président Mohadji.
Rappelons que l’hôpital de Bambao-mtsanga, baptisé «Hôpital de l’amitié comoro-chinoise de Bambao-mtsanga», a été officiellement remis aux autorités comoriennes le 11 juillet 2014, après deux ans de chantier. Son inauguration était prévue pour le mois de septembre dernier, mais elle n’a toujours pas eu lieu. Et en attendant son ouverture, l’établissement, dont la construction a coûté quatre milliards de francs comoriens, a été récemment cambriolé, selon des rumeurs qui ont été confirmées par les autorités de l’ambassade chinoise à Moroni.
Or dans son discours prononcé dimanche, le vice-président Fouad Mohadji a comme voulu ironiser sur cette affaire de cambriolage. «Nous les comoriens, n’implorons jamais le bien ! Nous envoyons nos enfants dans les écoles pour apprendre l’informatique, et ils l’apprennent bien, mais c’est pour ensuite venir répandre sur internet que l’hôpital de Bambao a été cambriolé. Alors le ministre chinois de la Santé est venu constater que rien n’a été volé !»
SM