Conseils des îles / Les présidents exigent une autonomie administrative et financière


Par , le dans l'actualité comorienne
Conseils des îles / Les présidents exigent une autonomie administrative et financière
Les présidents des conseils des îles autonomes demandent une autonomie administrative et financière des conseils des îles et demande au gouvernement un règlement rapide des indemnités des sessions des conseillers sortants.
Aussitôt investis et entrés en fonctions, les conseils des îles autonomes sont à la recherche d’une unité pour constituer une force. Dans une conférence de presse tenue ce mercredi après-midi, les présidents des conseils de Ngazidja, Ndzouani et Moili ont insisté sur leur volonté d’instaurer une « nouvelle dynamique » qui a pour vocation de « maintenir un dialogue permanent entre conseils des îles », a expliqué Younoussa Said, président du conseil de l’île de Ngazidja.
Dans une déclaration commune publiée à l’issue de cette rencontre avec la presse, les trois présidents ont demandé le respect des procédures de répartition budgétaire et des mécanismes de partage des recettes publiques. « La libre gestion et le développement socioéconomique des îles prônés par la constitution passent
inévitablement par le respect scrupuleux » des principes d’un Etat de droit et au respect de la législation nationale.
Conscients de la mainmise du gouvernement et des Exécutifs des îles sur ces chambres basses, les présidents des conseils se disent attachés au « respect de l’autonomie administrative et financière réelle des conseils » pour, disent-ils, « remplir efficacement les diverses missions » qui leur sont dévolues.
« Nous avons noté la nécessité pour les trois conseils des îles de se doter, chacun, d’un compte bancaire domicilié à la banque centrale des Comores », a dit Younoussa Said.
Dans leurs revendications, les présidents des conseils ont pensé aux conseils sortants et leurs énormes arriérés d’indemnités afin qu’un « règlement rapide des indemnités de sessions des conseils sortants ».
L’atmosphère actuelle de la politique de la chaise vide par certains conseils a été abordée. Aussi Ansoufi Abdou Fazul, président du conseil de Moili, sollicite-t-il de ces conseillers de revenir à la raison et regagner leurs sièges.
Maoulida Mbaé