News

Signature d’une convention...

Par , le dans l'actualité comorienne
"Il n’est pas exclu que des navires anciens aient fait naufrage dans cette partie nord du canal de Mozambique", a indiqué un fonctionnaire du ministère des Transports, soulignant la possibilité de découvrir d’énormes "richesses pour l’histoire" si l’exploration s’avérait concluante.

Pour lui, c'est l'occasion de connaître un peu plus sur la route des Indes ouverte par Vasco de Gama en 1498.

La société Indian Ocean Exploration qui aurait identifié près d’une dizaine de navires naufragés dans sa zone d’intérêt, compte trouver d’importants matériaux pour l’histoire et entend partager "à égalité" avec le gouvernement des Comores le résultat de ses recherches.

Dans une note d'information, l'IOE a estimé qu'un navire sur cinq perdu sur la route des Indes est englouti par les eaux de l’archipel des Comores.

Moroni - 05/09/2008

Pana... [Lire la suite]

JEUNE PARLEMENTAIRE LIBRE DES COMORES

Par , le dans l'actualité comorienne
Les crises qui ont frappé notre pays résultent du fait que les représentants des peuples ne jouaient pas vraiment leur rôle que par le port du nom seulement.
Les préoccupations des Comoriens ont été rarement examinées par nos représentants.
Les rares cas où certains parlementaires ont osé dire haut ce que les autres disaient en cachette, ces parlementaires courageux se sont vus rappeler à l’ordre par leur état-major politique ( parti politique ou syndicat pour le partage du pouvoir et des biens publics).
Nos parlementaires à Hamdramba et ailleurs ont montré par leur agissement qu’ils étaient les " esclaves" de leurs partis politiques et non les défenseurs du peuple.
C’est pourquoi la mise en place d’un parlement libre pour les jeunes nous préoccupe beaucoup. Cet espace de vérité ou chacun pourra proposer et réagir librement aux propos des autres. Chacun sera libre de tout dire avec comme seule condition que ce qu’il dit soit utile, c'est-à-dire apte à nous faire marcher au moins d’un centimètre vers l’avant de la chaîne du progrès, vers l’"idéal" commun.
Cet organe ne sera pas un parlement "politique" au sens populaire connu du terme aux Comores. L’organe sera un parlement libre pour le développement

Nous savons en avance qu’une telle initiative rencontrera de la résistance sur le terrain et qu’aussi les décisions qui seront issues de ce parlement seront difficiles à mettre en place parce que :
1) elles n’auront pas forces des lois, donc ne peuvent pas être impératives
2) ceux qui devront les mettre en exécutions sont des jeunes qui sont pour la plupart au chômage ou dans les études à l’étranger.
3) les pouvoirs politiques au pays ne sont pas catalyseurs des projets et talents de jeunes mais sont malheureusement des casseurs de vitesse et stérilisateurs des cerveaux.

Cependant ces obstacles ne doivent pas nous empêcher d’oser, d’essayer et y aller, à notre rythme, petit à petit, step by step comme disent les américains. L’essentiel est de faire en sorte que les rapports de cette instance collent bien à la réalité et prennent en comptes les préoccupations quotidiennes de tous les jours.

Si nous, jeunes, arrivons à nous mettre d’accord sur ce qu’il faut faire, ce serait déjà quelque chose, un grand acquis. Les obstacles des institutions et des politiques ne seront que temporaires car, les jeunes sont les responsables et acteurs de demain.
Me Abdoulaye Wade, Président du Sénégal, disait « Dites moi quelle jeunesse vous avez, je vous dirais quel pays vous aurez ». Convaincu de sa vison, Wade a ramené le budget de l’éducation et de la formation de ressources humaines à 40 % du budget national du Sénégal.
Il a compris comme les japonais que ce siècle n’est pas celui des riches en matières (hard) mais en intellect (soft).

Je ferme la parenthèse avec le Président Wade et appelle chacun à penser comment il peut aider le pays sans passer par les stations politiques. Car l’histoire nous a montré que le pouvoir finit toujours par corrompre nos hommes de confiance et les transformer en personnes d’autres. Parfois, en voyant nos représentants et responsables agir, on se demande quels comoriens sont – ils devenus ? Et la question reste souvent sans réponse.

Nous devons, libérer le pays de la pauvreté et le sortir du sous-développement.
Et je vois ainsi en chaque jeune comorien un soldat (sans uniforme) du développement de notre pays, place de la confiance en lui, attend beaucoup de choses de lui et l’interpelle à ne pas décevoir les Comoriens et le pays qui aussi croient en lui aussi.

Cette idée vous semble géniale, vous pouvez nous joindre en vous inscrivant sur le site et en participant sur le forum et en postant aussi vos articles.

Ecrit le 24 mars 2008 par Wahib Djambaé , modifié le 3 septembre par Said Mohamed Moindjié... [Lire la suite]

Sambi accuse l'opposition de saboter ses projets

Par , le dans l'actualité comorienne
Dans la même foulée, il a accusé la justice (« pas tous » précisa-t-il) de ne pas lui faciliter la tâche en « créant des problèmes au gouvernement ».

Sur la question des salaires, le président Sambi a déclaré avoir payé vingt-trois mois sur vingt-six. « On m’a dit que l’Etat ne doit à ses fonctionnaires que trois mois. Mais, certains se plaisent à raconter du mensonge » a poursuivi le chef de l’Etat. Toujours sans aucune certitude, il a ajouté : « on m’a dit que depuis ce lundi, les fonctionnaires ont commencé à toucher leurs salaires ». Ce qui s’est révélé faux, en tout pour beaucoup de services publics.

A propos de la crise de carburant, le chef de l’Etat a dit qu’il est entrain de négocier avec un pays ami en vue de trouver un fournisseur qui puisse nous vendre du carburant à un prix abordable. Il a ensuite reconnu que « la société comorienne des hydrocarbures méritait aujourd’hui d’être renflouée ».

Enfin le président a accusé l’opposition politique de saboter ses œuvres de développement en prenant l’exemple de la récente dégradation de la route à l’avenue de la ligue des Etats arabes (Coulée).

le blog d'inoussa... [Lire la suite]

l'Opaco plaide pour la privatisation de la SCH

Par , le dans l'actualité comorienne
Une révison du taux
des taxes douanières

Or en l’espèce, a-t-il poursuivi, des manquements de l’Etat ont été à l’origine d’importants dégâts dans les entreprises du pays.
‘‘Nous étions en droit d’attendre l’accompagnement de l’Etat, à la place nous subissons la pression et le harcèlement de l’Etat’’. a poursuivi Chamsoudine Ahmed.
Entourés de certains de ses collègues, notamment Kamal Abdallah, secrétaire général de la Fédération du secteur privé, Ahmed Bazi, président de l’Union des chambre de commerce, Hamoudou Mhoma, secrétaire général de l’Union pour la promotion de l’entreprise comorienne, et de Housseine Farhate, le patron des patrons a plaidé pour une révision des taxes douanières, seul moyen, selon lui, de modérer les prix des denrées. Selon lui, en maintenant le taux actuel des taxes douanières, on pénalise davantage le consommateur qui supporte, déjà la flambée des prix. D’où l’urgence d’une révisons du taux des taxes douanières.
‘‘Et puis, l’mpôt sur les bénéfices divers (Ibd) à 50 %, c’est trop. Cela n’existe nulle part au monde’’. Pour lui, l’effort fiscal doit être partagé. ‘‘Ce qu’on ne semble pas comprendre, c’est que plus les entreprises ont des activités plus elles paient des impôts. Tout le monde y gagne’’, a souligné, à ce propos, Mme Housseine.
Au sujet de la grève générale de deux jours (vendredi et samedi) lancée par des organisations professionnelles l’homme d’affaires s’est dit ‘‘satisfait’’ affirmant : ‘‘les entreprises et les principaux commerces ont fermé. Ceux qui ont travaillé c’est l’informel. Vous savez l’informel, c’est une question de survie. On peut le tolérer’’. Il s’est réjoui de voir que ces deux jours de grève ont exercé une pression sur le gouvernement qui a fini par ‘‘signer vendredi un contrat d’approvisionnement avec la société Metro petrolium’’.
Dans la foulée, le patron des patrons a déploré la ‘‘gestion chaotique de cette crise (…) On ne rompt pas un contrat quand on n’a pas les garanties d’avoir un meilleur contrat. La règle minimale d’un gérant d’entreprise c’est de prévoir.’’
Par ailleurs, le président de l’Opaco demande la libéralisation de la Société comorienne des hydrocarbures (Sch) qui aurait ‘‘fait faillite selon les termes mêmes du ministre des Finances Mohamed Ali. Il est, donc, urgent de la libéraliser, mais pas n’importe comment’’. Il préconise de trouver une formule impliquant à la fois des opérateurs économiques comoriens et étrangers et propose l’organisation d’une table ronde pour en discuter.

Ali Moindjié
Source: Al-watwan... [Lire la suite]

SCH: les choix stratégiques de l'avenir?

Par , le dans l'actualité comorienne
Le porte-parole du gouvernement de l’Union, Abdourahim Said Bacar, a annoncé sur les ondes de la radio nationale que la société Metro Petrolum et la société comorienne des hydrocarbures ont signé un contrat de fourniture de produits pétroliers. Ce contrat remplace le précédent qui liait la Sch et Total, rompu il y a deux mois et qui a obligé la société comorienne à rembourser d’un coup une dette évaluée à 2 milliards 700 millions.
Après trois mois de rupture totale de stocks, entrecoupés d’approvisionnement dits de ‘‘dépannage’’, la Sch vient de conclure le vendredi dernier ce contrat, après une première négociation parrainée par l’Opaco qui avait échoué pour cause d’insolvabilité de la société comorienne.
Le gouvernement de l’Union a négocié un prêt de 3 millions de dollars avec Comoro Golf Holding, déposé à Exxim bank. Un prêt sans intérêt, qui a été ramené à 5 millions de dollars (1,675 milliards de francs comoriens et qui a permis à la Sch d’aligner deux commandes de bateaux de 1800 mètres tonnes chacun et un troisième en provenance du nouveau fournisseur, Métro Petrolium.

Prêt sans intérêt

Ce denier devenu leur principal partenaire, est désormais assuré que les Hydrocarbures comoriennes sont capables d’honorer chaque commande à hauteur de 35%, au lieu des 50% exigés au départ.
Avant la conclusion du contrat avec Metro Petrolium et le soutien financier décisif de Comoro Golf Holding, le gouvernement avait tenté de pallier, entre temps, à la rupture des stocks, en achetant des petites quantités d’hydrocarbures. Les facilitateurs dépêchés par le gouvernement se sont rendus compte que ‘‘les échecs répétés des négociations prenaient leur source dans la mauvaise image que le géant Total était arrivé à donner au pays dans les milieux pétroliers’’, a déclaré un des facilitateurs.
A ce propos, on rappelle qu’un bateau a débroussé chemin à 8000 miles des côtes comoriennes, sans explication fiable. Les Comores auraient été présentées, par l’entreprise française, comme étant de ‘‘mauvais clients, incapables d’honorer leurs commandes’’, précise notre informateur. Une image que la Sch est contrainte, dans les mois à venir, de changer.
Mais les hydrocarbures font face à un problème plus grave, la psychose qui gagne les consommateurs qui est devenue souvent, la cause des ruptures artificielles. Des approvisionnements qui durent 45 jours, la moyenne nationale, arrivent à peine à couvrir le mois. Les utilisateurs de véhicules surtout, préfèrent par prudence ou par manque de confiance, stocker dans leurs domiciles.
La Sch, on le sait maintenant, est sauvée in extremis. Il faudra que le conseil d’administration présente dans les jours qui viennent le plan de sauvetage de l’entreprise, en démontrant concrètement étape par étape comment, il compte recapitaliser la société et reconstituer ses fonds propres.
La banque mondiale et le Fmi, ont à plusieurs reprises demandé au gouvernement de se désengager dans le secteur marchand en privatisant les hydrocarbures et en libéralisant l’importation du riz ordinaire. Une exigence qui devient plus pressante et plus plausible, au moment où la taxe unique sur les hydro, importante recette fiscale de l’Etat n’est plus reversée. Avec l’intervention de Comoro Golf Holding, le gouvernement évite un ramadan qui se serait passé sans électricité et sans approvisionnent de produits carnés à cause de délestages.
Cette crise énergétique a démontré les vulnérabilités nombreuses qui assaillent les Comores. Dépendante du pétrole, le pays est sommé de choisir des énergies alternatives, comme le solaire, l’éolienne et une énergie inépuisable qui se terre à seulement moins de 500 mètres, la géothermie. La crise des hydro est peut être passée, mais la plus grosse interrogation demeure : comment fixer les choix stratégiques de l’avenir.

Ahmed Ali Amir
Al-watwan du lundi 1er septembre 2008... [Lire la suite]

RAMADAN : MISERCORDE GRATUIT

Par , le dans l'actualité comorienne
Etymologiquement le jeûne est l’abstinence totale de toute chose. En jurisprudence le jeûne signifie le fait de s’abstenir de manger, de boire, et de faire de rapport sexuel depuis l’aube jusqu’au coucher du soleil avec l’intention de rapprocher de Dieu.
Le moi de ramadan est un mois d’une valeur démesurée, il apparaît aux musulmans
Une fois chaque année. Dans ce mois descendent les bénédictions, les meilleurs œuvres se multiplient, les portes du paradis s’ouvrent et les portes de l’enfer se verrouillent. Ce mois réveille les âmes de leur négligence, fait disparaître les souillures de leurs cœurs et change leurs habitudes courantes. Le mois de ramadan est un mois de jeûne, de la prière de nuit et de la lecture du coran ;il est le mois de l’affranchissement ,de l’absolution ,de la charité et de la bienfaisance .dans ce mois les invocations sont exaucées ,les degrés sont élevés et les péchés sont pardonnés. Dans ce mois Allah l’exalte donne en abondance à ses serviteurs différentes sortes de privilège et multiplie à ses alliés les récompenses. Allah a fait du jeûne de ce mois un pilier de l’islam. le messager (pbl) a jeûné ce mois et il a exhorté les gens à jeûner , il a dit dans un hadith « celui qui jeûne ce mois , ramadan ,avec foi et sincérité, Allah lui pardonnera tous ses péchés antérieurs et celui, en plus ,veille ses nuits avec fois et sincérité ,Allah lui pardonnera ses péchés passés et futurs ».dans ce mois une de ses nuit vaut milles mois :celui qui est privé de ses bienfaits est un malheureux. Le mois de ramadan est une station où le musulman se procure de l’énergie, se charge spirituellement, se vivifie et raffermis sa volonté pour pouvoir poursuivre le chemin du bien, celui des pieux. dans ce mois de ramadan on apprend des techniques spirituelles et éducatives qui aident à relever le défi contre la soif, la faim, les épreuves de séduction matérielle et morale, les vices de la langue, les vices de l’œil, les vices de discussion futiles et des interrogations exagérés .vivons son climat spirituel, attaché a DIEU pour recevoir de lui la force et le secours ;rapprochons nous de lui par l’obéissance, par les prières surérogatoires et les bonnes œuvres pour gagner ,le jour dernier, la récompense ,le pardon et l’affranchissement de l’enfer .... [Lire la suite]

aux Comores, une grève des médecins

Par , le dans l'actualité comorienne
« Les médecins fonctionnaires du pays ont engagé des procédures pouvant les amener à se démettre de leurs postes respectifs dans les meilleurs délais », lit-on dans le courrier.

Les praticiens comoriens se plaignent de leur situation administrative et du grand écart entre eux et les autres professions en matière de traitement salarial.

« Il n’est pas normal qu’un enseignant avec un baccalauréat plus trois gagne 120.000 Francs comoriens (environ 240 euros) et le médecin, après plus de sept ans d’études, ne perçoit que 80.000 Fc (160 euros) », fulmine le docteur El-Maarouf, exerçant à l’hôpital de référence des Comores.


IM/od/APA 28-08-2008... [Lire la suite]