Comor’Lab, le nouvel espace de co-working, ouvre ses portes

Partager

Financé à hauteur de 500.000 dollars par la Banque mondiale à travers le projet Rcip4, ce nouvel espace favorisera les rencontres entre les professionnels, les porteurs de projets du secteur numérique. Il sera ouvert tous les jours.

Comor’Lab a officiellement été inauguré, avant-hier mercredi en fin d’après-midi, à Malouzini en présence de plusieurs personnalités notamment le représentant de la Banque mondiale, le directeur de l’Agence nationale pour le développement du numérique (Anaden).
De nombreux autres acteurs du secteur bancaire et du monde des affaires avaient également pris part à cette cérémonie inaugurale de cet espace original.
Comor’Lab va permettre aux, consultants, porteurs de projets qui sont à la recherche de soutiens, de conseils de se retrouver au même endroit pour échanger, partager leurs rêves et éventuellement planifier des projets communs. «La différence entre notre centre et les autres est que nos membres auront accès à une connexion haut débit, de l’électricité et tous les services à moindres coûts. Le comptable qui aura besoin d’un logiciel trouvera un informaticien sur place et vice-versa», a indiqué le gérant de Comor’Lab, Youssouf Abdoul-Madjid. L’initiateur de ce projet est l’association comorienne des technologies de l’information et de la communication (Actic).

Lieu de créativité

«On avait sollicité l’appui financier de la Banque mondiale à travers son projet Rcip4. Mais ça n’a pas été possible. Ce n’est que dans le cadre de financement additionnel alloué au projet que nous avons reçu les fonds nécessaires pour aménager cet endroit» a-t-il poursuivi. Des startups comme KinuInk, travaillaient déjà dans ce club.
L’espace, tourné spécialement sur les technologies, a une capacité d’accueil d’environ 80 personnes, selon les responsables. Du lundi au samedi de 8h jusqu’à 18h, l’espace sera ouvert. Le dimanche par contre, ce ne sont pas tous les services qui seront disponibles.
Présent lors de la cérémonie, le coordonnateur du projet Rcip4 a passé en revue l’objectif et le bilan de ce projet lancé depuis 2013. Ibrahim Mze, a décliné les deux phases de financement du projet : l’initiale et l’additionnelle.
C’est à travers cette dernière dotée d’une enveloppe de 10 milliards de francs comoriens que l’on a créé l’Anaden ou encore l’espace Comor’Lab. D’autres projets tels que la conception d’un registre de commerce, l’informatisation de l’administration y sont inclus.
«Nous espérons que ce premier espace public sera une source d’inspiration et d’innovation pour les jeunes entrepreneurs. Grâce à l’Actic, les jeunes actifs du secteur de tics, les porteurs de projets vont trouver un lieu d’échanges idéal. Ce sera aussi l’occasion de stimuler les idées dans un pays comme les Comores où le manque d’emplois se fait ressentir”, a déclaré le représentant de la Banque mondiale, Tim Kelly, également chef du projet. Moins de 10% des petites et moyennes entreprises ont accès à internet, selon une enquête menée par l’antenne de la Banque mondiale de Moroni. «Comor’Lab sera un lieu innovant, de partage, d’échanges, et de créativité. Il s’adresse à la jeunesse entrepreneuriale en quête d’assistance pour développer ses activités. C’est-à-dire startups, petites entreprises du secteur numérique. Ce projet place notre pays sur la carte des Tech hub mondiale», a détaillé, le patron de l’Actic, Hamidou Mhoma dans son intervention.

Abdou Moustoifa
Alwatwan

Partager