Des bûcherons ont vu la gendarmerie confisquer leurs bois à Moheli

Partager

Abattre les bois est un travail qui nourrit plusieurs familles dans ce pays où le chômage est la seule spécialité du gouvernement. Aux Comores, les gens abattent les arbres pour faire la cuisine, construire, faire du charbon, des meubles ou tout simplement pour faire des plantations des cultures vivrières. Cependant, on apprend à travers un post Facebook de la gendarmerie nationale que l’abattage d’arbres est interdit.

Alors comment vont vivre les nombreuses familles qui dépendent du bois? Le gouvernement ne crée pas d’emploi et ne met pas en place une politique consistant à faciliter la création d’entreprise. Le peu de gens qui travaillent ne sont pas payés.

Au lieu de prendre et lapider l’argent dédiée à la protection de l’environnement, il fallait d’abord penser créer des emplois aux personnes qui dépendent de la forêt pour vivre. S’acharner contre les pauvres paysans n’arrangera pas les choses.

Partager