Feux de brousse: L’Office de la Vanille à la rescousse des victimes

Partager

L’Office National de la Vanille a remis 200 mille lianes de vanille à huit producteurs victimes des feux de brousse ces derniers temps. Ce premier lot d’une valeur de 800.000 francs consiste à accompagner ces cultivateurs pour reprendre leurs activités.

L’Office National de la Vanille (ONV) vient de faire un geste après le ravage de certains champs par les feux de brousse la semaine dernière. Au total, ils sont huit personnes issues de 4 régions de Ngazidja à avoir bénéficié de ce premier lot. « Suite aux différentes plaintes déposées par certains agriculteurs victimes des feux de brousse et après vérification sur le terrain, l’Office de la Vanille décide ainsi d’assister en premier lieu 8 personnes de 4 régions différentes où nous avons constaté la gravité des dégâts », annonce Aboubacar Abdoul Wahab, le directeur général de l’ONV, en précisant que l’opération va continuer dans les jours à venir ainsi que dans les autres îles de l’archipel.

Le directeur de l’Office montre aussi qu’il s’agit d’une aide propre à l’office sans aucune participation extérieure. « Nous espérons que ce petit geste va leur apporter quelque chose pour réparer un peu les dégâts causés par ces incendies criminels et reprendre leurs activités », espère-t-il.

Samir Bacar, l’un des bénéficiaires natif de Irohé Oichili a salué ce geste de l’Office et reste persuadé que cet apport va lui apporter quelque chose. « Je pense que cet appui va réparer plus de 75% des dégâts », estime-t-il avant de saluer les efforts du directeur général de l’ONV. « Depuis que Kadafi est la, nous cultivateurs, constatons une amélioration de la qualité de vanille dans notre pays mais les feux continuent de ravager nos forêts », dit-il.

Et pour lutter contre ces feux de brousse, le directeur Abdoubacar Abdoul Wahab sollicite le concours de tout le monde pour se rejoindre à l’ONV, notamment le COSEP, la gendarmerie et la police pour combattre à ces « criminels de la nature ». « J’appelle les maires, les préfets et les chefs de villages à se mobiliser afin de retrouver les coupables afin qu’ils soient traduits en justice et sanctionnés sévèrement », conclut le directeur de l’Office de la Vanille.

Ibnou M. Abdou
HZK

Partager