Hommage au Peuple de Wuhan

Partager

Hommage au Peuple de Wuhan

M.Liu HanJun, PhD, Wuhannais, écrivain chinois bien connu.

Le traducteur du poème, M. Mossa, Wang Teng, Wuhannais. Il est multilingue, parle chinois, portugais, espagnol, français, anglais, italien, etc. Il a été traducteur pour les Chefs d’État, les dirigeants ministériels en Angola, Mozambique, Guinée équatoriale, Namibie ect.Il rend hommage au peuple de Wuhan pour la résilience dont il fait montre face à l’épidemie du coronavirus.

En me réveillant ce petit matin la,
J’ai vu votre regard horrifié,
Vous ne savez pas d’où vient la maladie, quel est le virus et où est le malheur,
Vous vous préparez à célébrer le nouvel an,
Vous vous préparez à habiller votre propre ville ainsi que votre maison,
Pour accueillir des invités du monde entier.
Vous prononcez très mal le nom du virus,
Les Wuhannais n’utilisent que la « peur »pour le décrire,
Les Wuhannais n’aiment pas exagérer ,
Ils pensaient que c’était juste un rhume » sans problème ».
De même,ils ont maintenu le flux des transports avec plusieurs provinces,
Ils portaient toujours le visage qui a réputation millénaire pour les nuages et les grues,
Ils ont même pris des bus,des métros et des bateaux,
Ils comptent sur le travail acharné pour gagner leur propre salaire,
La foule se promenait toujours au centre commercial,sur les quais,sur la rue Jianghan,aux foires,
Ils voulaient juste passer une bonne année et profiter du soleil de la vie.

Lorsque des anomalies ont été trouvées dans tous les hôpitaux,
Lorsque des amis,des collègues,des voisins,des connaissances et des parents,
Ont été mis en quarantaine et emmenés dans des hôpitaux,et il y eut même un mort,
WuChang a alors réalisé ce qu’était Dangereux,
HanYang ne savait ce qu’était Rigid,
Hankou n’a ressenti que ce qu’on appelle la »Peur ».
Veuillez pardonner a wuhan,au début,ils étaient vraiment hébétés, stupéfaits, interdits par la peur,
Tout le monde a peur de mourir, ils ne savent tout simplement pas s’ils vont mourir, ni quand ni comment.
L’inconnu domine toujours plus que le connu,le danger est toujours perçu petit à petit,
Face à des virus que nous n’avions pas prévu,
Les Wuhannais sont les faibles et les victimes,
Ce sont des pauvres,qui ont besoin de sympathie,
Ce sont nos aînés, frères et sœurs,
Le fleuve Yangtze est notre rivière mère et l’eau coule dans notre sang,
Pour l’instant,Wuhan a besoin d’un câlin de paix ,pas de crachats ni même de poings,
a ce moment-là, Ils ne voulurent ni infecter ni blesser personne, alors leur instinct les a poussés à s’enfuir
Quand ils savaient qu’ils pouvaient devenir une source d’infection et de transmission.

Ils ont choisi d’arrêter leurs pas,
Ils ont choisi de se cloîtrer dans une ville,
C’est comme si un patient gravement malade était enfermé dans une pièce sombre, sans lumière ni air.
A ce stade, il n’y a pas de solution,
Ils ne savent pas comment cette Fête du Printemps se passera,
Ils ne savent pas combien de temps cela durera,
Leurs enfants et leurs familles éloignés leur manquent

En parcourant les messages de préoccupation et de soins,
Ils sont pleins de remerciements et reconnaissants ,
Quand ils voient les messages ridicules, moqueurs, parodiques, ironiques, haineux,
Ils ne peuvent que, ils ne peuvent que cacher leurs armes ou tout les avaler.

Les Wuhannais n’ont pas peur de faire face aux défis et aux dangers,
La peur naît d’un manque de compréhension et de sympathie.
Les Wuhannais n’ont pas peur de renoncer et se sacrifier,
La peur est qu’il n’y ait ni lumière ni chaleur.
Pour la tranquillité du pays, pour la paix de la Fête du Printemps,
Ils choisissent toujours une tragédie,
La tragédie n’est pas tragique, c’est une poésie solennelle et émouvante,
Le peuple chinois se souviendra de votre grandeur,
L’histoire humaine retiendra votre valeur !
Il existe une ville qui s’appelle “solidarité”,
Il existe un groupe de soldats qu’ils appellent “uniformes blancs”,
Il existe un esprit qui est appelé « esprit scientifique »,
Il existe une foi qui unit tout le monde.
Lorsque l’amour du cœur de la Chine a apporté son soutien à trois districts de Wuhan,
Lorsque les forces de tout le pays se sont rassemblées des deux côtés du fleuve Yangtze,
Faites confiance à Wuhan, faites confiance aux Wuhanais!

Faites confiance à la Chine, faites confiance aux Chinois!
Nous tendrons nos mains chaudes en cet hiver froid,
Attends, Wuhan! Force, au peuple chinois!
Levez-vous, ma Chine n’est jamais tombée!

Partager