Kenneth/ Le bilan grimpe: 9 morts aux Comores et 38 au Mozambique

Partager

Le nombre de victimes mortes du cyclone tropical Kenneth a été porté à 47 dont 9 aux Comores 38 au Mozambique. En ce moment aux Comores, la société civile, les militaires, les ONG, et le gouvernement s’efforcent de nettoyer les villes, rouvrir les routes fermées par des gros arbres tombés, et rétablir l’électricité.

Au moins 182 personnes ont été blessées par l’ouragan qui a balayé les deux pays la semaine dernière, a annoncé le bureau humanitaire des Nations Unies dans un communiqué.

Kenneth a été le deuxième cyclone à frapper le Mozambique en deux mois, après qu’une tempête en mars ait fait plus de 1 000 morts dans ce pays d’Afrique australe, aux côtés des pays voisins, le Zimbabwe et le Malawi.

La plupart des habitants des Comores sont sans électricité depuis le dernier cyclone qui a endommagé le réseau électrique du pays, « laissant la majorité de la population sans électricité et ayant un impact sur l’accès aux soins de santé », a déclaré l’ONU.

Environ 63% des cultures vivrières du pays ont été anéanties, tandis qu’une perte « significative » de bétail a également été constatée, a déclaré l’agence.

Les dégâts au Mozambique comprennent la destruction d’au moins 35 100 maisons, a déclaré l’ONU. Des villages entiers ont été rasés.

Il convient de noter que les Comores sont un pays sujet aux catastrophes hydrologiques qui ont normalement de graves conséquences sur la population et les infrastructures du pays. D’après l’expérience d’autres cyclones (Hellen en 2014), on estime qu’au moins 25 000 personnes ont été touchées par le cyclone dans les zones à risque de l’Union des Comores et, selon UNOTAR, près de 170 000 personnes pourraient être touchées uniquement en Grande Comores. Des évaluations rapides conjointes sont actuellement mises en place par le gouvernement et les agences partenaires pour déterminer l’ampleur de la catastrophe.
On craint que la principale station de pompage d’eau de Vouvouni, qui fournit de l’eau pour la capitale, Moroni, ne soit inondée et que la distribution d’eau ne soit interrompue. Basé sur l’expérience du cyclone Hellen en 2014; La restauration et la reprise des opérations normales peuvent prendre jusqu’à un mois.

Partager