Les Comores affronteront la Guinée ce mois d’octobre

Partager

Le Français Didier Six est le nouveau sélectionneur de l’équipe de Guinée, Syli National de Guinée. Il succède Paul Pit, limogé pour des résultats décevants. Le baptême de feu de Six, après environ un mois d’entraînement, des confrontations amicales prévues en Europe ce mois octobre, contre les Comores (samedi 12), et le Chili (mardi 15). «L’attente de l’accompagnement des autorités ne permet pas de ficeler le projet », rapporte Fayssoil Moussa, chargé de communication de la Ffc.

La destinée de Syli National de la Guinée vient d’être confiée à l’ancien international français Didier Six, à la place de Paul Pit, remercié après la débâcle de la Can, Égypte 2019. Les journées Fifa prévues du 7 au 18 octobre 2019 l’a incité à tenir son baptême de feu en Europe par l’organisation de deux rencontres amicales : en région parisienne (France) face aux Cœlacanthes des Comores le samedi 12, et à Alicante (Espagne) devant La Roja de Chili le mardi 15. Fayssoil Moussa, chargé de communication et du marketing de la Fédération de Football des Comores (Ffc) rapporte avec prudence : « La Ffc s’est montrée sensible à la requête, relative à une opposition amicale adressée par les Guinéens. La discussion se poursuit. Nous avons fait appel à la bienveillance des autorités nationales pour couvrir les charges afférentes à ce match amical. La patience à l’accompagnement des autorités ne permet pas de ficeler le projet. Nous attendons une suite incha Allah réconfortante ».

Après les contre-performances, subies ces derniers temps, Can Égypte 2019, et qualification en poule du Mondial Qatar 2022, le duel amical, sollicité par le Syli National de la Guinée, est une occasion pour le staff technique national, en collaboration avec la Ffc de panser, voire de cicatriser, les plaies. Staff, Ffc et État doivent se fixer des échéances, mettre en place un plan d’action crédible, et se donner les moyens pour concrétiser les ambitions.

La réaction de l’État, par rapport au dossier chiffré soumis par la Ffc pour le financement du match amical du 12 octobre prochain, ne devrait pas susciter le doute. Le langage tenu à Moroni le 5 septembre dernier par Ben Nourdine Ahmed, ministre de la Jeunesse et du Sport, lors d’une conférence de presse conjointe avec Amir Abdou, coach des Coelacanthes, est rassurant : « Nous œuvrons en fonction des planning bien ficelés. Nous connaissons la nécessité des regroupements, l’importance des matches amicaux et l’intérêt de la vie en groupe. Notre principal rôle, c’est l’accompagnement. L’équipe nationale est devenue une vitrine, nationale et internationale. Nous nous efforçons de renforcer cet épanouissement par des appuis stables, moralement et financièrement ».

Mais, technico-tactiquement, ce prestigieux rendez-vous s’annonce compliqué, en termes de redynamisation d’un groupe, quasi abattu moralement. De plus, les joueurs sont actuellement absorbés par leurs championnats respectifs. Les Coelacanthes seront-ils en mesure d’offrir six buts à Didier Six sans encaisser, ou en encaissant moins ?

Bm Gondet
HZK

Partager