Energie renouvelable : Deux centrales solaires à Ndzuani et Mwali d’ici fin 2018


Par , le dans l'actualité comorienne
Energie renouvelable : Deux centrales solaires à Ndzuani et Mwali d’ici fin 2018 Les Comores à travers la société Vigor et la société Electro power systems (Eps), représentées successivement par le vice-président en charge du ministère de l’énergie, Djaffar Ahmed Saïd Hassani, et le directeur exécutif, Guiseppe Artizzu, ont signé un contrat pour l’installation de deux centrales solaires à Ndzuani et Mwali d’une capacité minimale de production, dans le même ordre, de huit et deux mégawatts. La société italienne Eps a déjà une équipe sur place pour les prospections avec en ligne de mire l’initiative de mettre en place les centrales d’ici la fin de cette année dans le but de revendre ces mégawatts à la Ma-mwe.



Le vice-président en charge du ministère de l’Energie, Djaffar Ahmed Saïd Hassani, vient de signer à travers la société Vigor, un contrat avec une société étrangère, dénommée “Electro Power Systems (Eps)” pour l’installation de deux centrales solaires à Ndzuani et Mwali.

Il s’agit d’une société italienne spécialisée en énergies renouvelables et qui va respectivement mettre en place les deux centrales d’une capacité minimale de production de huit mégawatts et deux mégawatts.

Une équipe de techniciens est actuellement sur place pour étudier la faisabilité de la mise en place des centrales d’ici la fin de l’année pour revendre ces mégawatts à la société comorienne de l’eau et de l’électricité (Ma-mwe).

Selon le vice-président en charge de l’Energie, après les assises sur l’énergie, il est ressorti que le pays devait se pencher sur le mix énergétique puisqu’il est une solution pérenne à la stabilité énergétique.



Nous avons signé un contrat pour travailler à Ndzuani et Mwali sur les énergies renouvelables. Cette société doit très vite installer les centrales. Ce qui est exceptionnel avec cette société est la technique et la capacité de stockage. La méthode de stockage d’Eps nous a séduits. On peut aujourd’hui produire les énergies renouvelables, mais il est nécessaire de les stocker. Il ne suffit pas uniquement de produire l’éolienne, le solaire ou l’hydraulique, a-t-il insisté.


A son tour, le directeur exécutif de la société italienne, Guiseppe Artizzu, a fait savoir que ce projet leur a pris une année d’étude, avant de citer les différents pays où la société a laissé ses empreintes, entre autre, Maldives, Somalie, Australie… “Avec ce système d’énergies renouvelables, l’Union des Comores pourra avoir une solution énergétique fiable, abordable et durable.


Retour d’investissement

Des activités de constructions devront commencer à partir du troisième trimestre de cette année”, a-t-il espéré. Guiseppe Artizzu a estimé que la durée du retour d’investissement serait au moins de dix ans.

En tant que premier bénéficiaire, le patron de la Ma-mwe, Abdou Saïd Mdahoma, a remercié le gouvernement comorien parce que cet investissement va pouvoir épauler la Ma-mwe de son fardeau journalier estimé à dix-huit millions de francs comoriens. Pour la demande actuelle, “l’île de Mwali a besoin d’un mégawatt alors que le besoin à Ndzuani est de six mégawatts”, a ajouté Abdou Saïd Mdahoma.