Agression du gendarme Ali Radjabou: 18 personnes dont trois politiciens en garde à vue


Par , le dans l'actualité comorienne
Agression du gendarme Ali Radjabou: 18 personnes dont trois politiciens en garde à vue Quatre jours après l’agression du sergent Ali Radjabou de la gendarmerie nationale, le procureur de la République de Moroni, Mohamed Abdou, a tenu une conférence de presse, hier matin, pour faire le point sur l’évolution de l’enquête.


Le procureur de la République a informé que cette enquête préliminaire, diligentée depuis le lundi 30 juillet suite à l’agression du jeune gendarme, a abouti à l’arrestation de dix-huit personnes dont trois politiciens, à savoir le secrétaire général du parti Juwa, Ahmed Hassane El-Barwane et son porte-parole, mais également l’ancien directeur du cabinet de la présidence et chargé de la Défense, M’madi Ali.

Pour le procureur de la République, d’autres personnes sont également recherchées par la police dans le cadre de cette enquête, à savoir le député de la circonscription d’Itsandra-Sud, Tocha Djohar Abdallah, Youssouf Boina, connu sous le surnom de Idi Boina, ainsi qu’Alfonse Mlanao.

Pour le procureur de la République, ces personnes sont en fuites car elles se reprochent de quelque chose. «Nous avons un régime de présomption d’innocence, leur cavale nous laisse croire qu’elles sont liées à cette agression», a déclaré le chef du parquet de Moroni. Mohamed Abdou soutient aussi qu’en dehors de ces trois personnes, «d’autres commanditaires et exécutants de cette agression sont également recherchés par la gendarmerie, sachant que cette affaire concerne plusieurs personnes».

Par rapport à cet acte d’agression, le chef du parquet de la République de Moroni précise qu’en dehors du sectionnement de sa main, le gendarme, père de deux enfants, a reçu neuf coups de couteaux, sept au niveau de la tête et deux au niveau des membres inférieurs. Le gouvernement a pris les dispositions nécessaires pour que le blessé soit évacué à l’île Maurice pour être soigner.

A en croire toujours le procureur de la République, cette agression commise sur Ali Radjabou n’est autre «qu’un projet d’assassinat organisé par des partis politique pour stopper le référendum». Toutes les personnes impliquées, de près ou de loin, dans cette agression seront, selon Mohamed Abdou, poursuivies devant la justice et les sanctions seront à la hauteur de leurs actes.

Le procureur de la République a déclaré que les préparatifs de «cet acte indigne» perpétré contre ce gendarme « ont été étudiés » la veille du scrutin au Quartier général du parti Juwa.