Gestion des déchets : Inauguration du premier centre de tri des déchets recyclables


Par , le dans l'actualité comorienne
Gestion des déchets  : Inauguration du premier centre de tri des déchets recyclables Il s’agit d’un dispositif de tri et de valorisation équipé de machines permettant le traitement de déchets recyclables (plastiques, verres, métaux, cartons et papiers) qui seront récupérés grâce à des moto-bennes dans les différentes bornes d’apports volontaires, prochainement disposés dans différents quartiers de la ville.


En marge de sa visite à Moroni, le ministre délégué auprès du ministère des Affaires étrangères du Japon, Masahisa Sato, a procédé samedi 18 août, à l’inauguration du premier centre de tri et valorisation des déchets recyclables des Comores, sise à l’ancienne piste aéroportuaire de Moroni, en présence des ministres des Finances assurant l’intérieur de son homologue de la Production, Saïd Ali Chayhane, de l’Intérieur, Mohamed Daoudou, et du maire de la commune de Moroni, Cheick Ali Bacar Kassim.


Ce centre a été mis en place avec l’appui de l’association « 2mains » sur un site mise à disposition par la mairie et grâce à un financement conjoint du Japon, de la France et de l’Union européenne, à hauteur de plus de 68 millions de francs comoriens. Il est équipé de machines permettant le traitement de déchets recyclables tels que le plastique, le verre, les métaux et le papier, qui seront récupérés par moto-bennes dans les différentes bornes d’apports volontaires qui devraient être, prochainement, disposés dans différents quartiers de la commune.


Tout doit être géré en étroite collaboration avec les associations et les chefs des quartiers. Ces points de collectes seront régulièrement vidés et les déchets acheminés grâce à des moto-bennes vers le centre où ils seront transformés et conditionnés afin d’être exploités par des artisans locaux ou acheminés vers des marchés étrangers.
Le représentant de la commune de Moroni, Hassane Massoundi, précise que ce projet, «porteur d’emplois et de revenus pour les artisans et entrepreneurs locaux» n’a, cependant pas, vocation à remplacer le système actuel ni à prendre en charge l’ensemble de déchets de la capitale. En effet, la part des déchets recyclables ne représenterait que 9% des déchets ménagers locaux. Avec ce centre de tri, il s’agit «d’amorcer le processus de tri et de recyclage pour transformer petit à petit Moroni en ville propre, augmenter le taux de recouvrement de l’écotaxe et faire de ses habitants des acteurs du changement en matière de gestion de déchets».

Plus de 647 millions

Le ministre délégué auprès du ministère japonais des Affaires étrangères, Masahisa Sato, s’est «félicité pour sa présence» à cette cérémonie inaugurale du centre de tri et de valorisation des déchets qui vient s’ajouter aux autres actions du Japon en faveur du développement socio-économique de l’Union des Comores. Le ministre japonais a soutenu que l’année 2018 est marquée par une nouvelle ère des relations de coopération bilatérales entre les Comores et le Japon grâce à la dernière visite du patron de la diplomatie comorienne dans leur pays. Il a réaffirmé la volonté du Japon de continuer à appuyer le gouvernement comorien dans sa quête pour atteindre l’émergence à l’horizon 2030.


Pour sa part, le ministre des Finances assurant l’intérim du vice-président chargé du ministère de l’Environnement en mission à l’étranger, a, au nom du gouvernement comorien, remercié l’Etat japonais qui «depuis 1980 date de l’établissement des relations bilatérales entre les deux pays, n’a jamais cessé d’être aux côtés de l’Union des Comores». Un partenariat qui se traduit part des actes réels allant du social, de la santé et de l’éducation. L’argentier de l’Etat a souligné que ce centre de tri ne peut à lui seul constituer une solution à cette épineuse question de la gestion des déchets dans la capitale, «mais le gouvernement compte combler ce déficit avec l’aide des partenaires» et grâce à une stratégie durable de gestion des déchets de la ville de Moroni et de ses environs. Le ministre intérimaire de l’environnement a annoncé la signature d’un accord de financement entre les gouvernements comorien et italien pour la gestion des déchets de la capitale et ses environs, de l’ordre de 1,5 million de dollars, soit plus de 647 millions de francs comoriens.

Ali Abdou