Le Cabinet du gouverneur Salami dément les propos du Ministre Mahamoud Salim Hafi


Par , le dans l'actualité comorienne
Le Cabinet du gouverneur  Salami   dément les propos du  Ministre Mahamoud Salim Hafi
DÉCLARATION

Le Cabinet du gouverneur Abdou Salami Abdou oppose un démenti formel aux accusations graves alléguées par le Ministre Mahamoud Salim Hafi à l'encontre du 1er Magistrat de l'île autonome d'Anjouan.

Les comoriens sont maintenant habitués à ce comportement du gouvernement de l'Union dans son empressement à faire avec insistance des accusations fortuites à l'encontre du Parti Juwa, du Gouverneur Salami, de l'exécutif de Ndzuwani, de l'opposition, des journalistes ou encore de toute personne qui s'oppose à sa politique de destruction du pacte social et de la stabilité politique du pays sans jamais pouvoir apporter les preuves matérielles qu'il dit détenir.

Le Ministre de l'intérieur avait déjà dit avoir identifié la présence physique de deux collaborateurs du gouverneur Salami aux côtés des jeunes armés alors même que l'un des accusés se trouvait en mission à l'extérieur du pays et l'autre encore victime dans leurs geôles depuis plus d'un mois.

Dans une première vidéo, le Ministre Mahamoud Salim disait qu'ils avaient déjà identifiés les noms et le nombre des jeunes détenant des armes. Et voilà que dans une deuxième vidéo le même ministre dit avoir demandé au Secrétaire général du Gouvernorat de leur établir et de leur décliner l'identité et la liste des détenteurs d'arme qui sont dans la médina. Ça s'appelle dire une chose et son contraire.

Pour rappel, le gouverneur de l'île autonome de Ndzuwani est la première autorité politique du pays qui a condamné par une déclaration officielle en date du mardi 16 octobre la guerre, en appelant les insurgés et l'armée à faire taire les armes et à privilégier le dialogue politique.

Le gouverneur Abdou Salami Abdou reste sur cette position et demande aux deux camps de faire preuve de discernement pour sauver la paix civile et la stabilité du pays.

Le gouverneur SALAMI tend pour la énième fois la main à la Communauté internationale pour lui demander sa contribution rapide au règlement de cette crise.

Nul ne sortira vainqueur de la guerre !

Fait à Anjouan, le 19 octobre 2018.