20e anniversaire de la mort du président Taki : Mamadou, grand absent de la cérémonie


Par , le dans l'actualité comorienne
20e anniversaire de la mort du président Taki :  Mamadou, grand absent de la cérémonie 20 ans depuis que Mohamed Taki Abdoulkarim, chef d'Etat comorien, est décédé. Dimanche à Mbeni, sa ville natale, les responsables politiques de tous horizons ont rendu un vibrant hommage à cet ancien chef de l'Etat comorien. L'absence du chef de file de l'Union de l'Opposition à la cérémonie, M. Ali Soilihi, pourtant proche de feu Taki, a soulevé des interrogations.

5 novembre 1998. Le pays est en émoi: le président en exercice, Mohamed Taki Abdoulkarim, meurt brusquement. 20 ans après sa mort, les Comores- son pays qui l'a tant aimé- et Mbeni particulièrement, sa ville, rendent hommage à celui que l'on surnomme affectueusement et pour certains avec ironie, le "bien-aimé". « N'en déplaise aux sceptiques, Mohamed Taki Abdoulkarim était apprécié pour ses actes ainsi que pour ses efforts envers son pays », assure le président Azali Assoumani. A l'époque, il avait été nommé chef d’Etat major en juin 1998 par Taki, 5 mois avant sa mort. Dans son discours, le chef de l'Etat a rendu hommage à celui qui a « fait bénéficier à son pays, son savoir ».

Une cérémonie qui a réuni des personnalités politiques et religieuses de tout bord à l'instar du gouverneur de Ngazidja, Hassane Hamadi ou encore le Grand Mufti, Fundi Toihir qui a dressé le portrait d'un homme "exceptionnel" qui était à la fois un "homme politique, religieux et social" qui a toujours su gérer ses affaires, sans jamais trahir ses convictions. Une cérémonie qui, après la lecture d'une prière (sourate Yãsin), a vu l'intervention de Fundi Ismael également, porte-parole et notable de Mbeni.

Le grand absent de cette cérémonie est Mohamed Ali Soilihi. Réputé pourtant proche du défunt (il occupait le poste de directeur de cabinet lors du règne de feu Taki), Mohamed Ali Soilihi a manqué la cérémonie. La commission d’organisation a confirmé à La Gazette des Comores que son invitation a bel et bien été envoyée.

Né le 20 février 1936 à M’béni, Mohamed Taki Abdoulkarim est élu président de la République fédérale islamique des Comores le 25 mars 1996. Son règne sera marqué entre autre par la gestion d'une crise sécessionniste majeure dans l'Archipel. Issu d'une famille privilégiée, le jeune Taki poursuit ses études à Madagascar, puis en France où il obtient un diplôme d'Ingénieur en Travaux publics. Le bilan de son règne est marqué notamment par son désir de renforcer l'influence islamique. Mohamed Taki Abdoulkarim décédera 2 ans et 7 mois après son accession au pouvoir. Les circonstances de sa mort restent troubles.

Ibnou M. Abdou