Administrateur de l'île? Voila la preuve que la constitution et les lois sont piétinées par Azali


Par , le dans l'actualité comorienne
Administrateur de l'île? Voila la preuve que la constitution et les lois sont  piétinées  par Azali Le Président de l’Union vient de signer, ce 8 novembre 2018, un Décret Nº18-097/PR portant nomination à titre provisoire d’un Administrateur de l’Ile Autonome de Ndzuwani. La Cour Suprême qui devrait constater la vacance ou l’empêchement définitif du Gouverneur de l’ile autonome de Ndzuwani a été uniquement consultée. Ainsi le Chef de l’Etat nomme un Administrateur provisoire, une fonction nullement prévue dans la constitution, qui est investi des pouvoirs attachés aux fonctions de Gouverneur qui lui sont confiées par la Constitution. Après la « décision » du Président de l’Union des Comores du 12 avril 2018 transférant leur compétence à la Cour Suprême qui a donné le coup fatal à la constitution du 23 décembre 2001 révisée, voici un décret présidentiel du 8 novembre 2018, qui annihile,la nouvelle constitution du 30 juillet 2018.

Ainsi va le pays. La loi fout le camp et ne guide plus les actions de nos élus, de nos autorités politiques et administratives. La constitution et les lois, sont allègements piétinées et bafouées. L’arbitre, le modérateur du fonctionnement régulier des instructions, est le premier à piétiner les textes en vigueur. Le droit est mort et vive l' anarchie !