Armée nationale de développement: Le commandant Ramadane à la tête de la gendarmerie


Par , le dans l'actualité comorienne
Armée nationale de développement: Le commandant Ramadane à la tête de la gendarmerie Dans la nuit du lundi 3 décembre, le président de la République a signé plusieurs décrets, tous relatifs à l’armée. On note le remplacement du Colonel Abdallah Rafick au poste de commandant de la gendarmerie par le Commandant Ramadane Mdoihoma. Le colonel Dailami Saindou Ben Ali qui était le chef de sécurité de la garde présidentielle, a été nommé chef d’Etat major adjoint en remplacement du colonel Ibrahim Salim.

Avant de s’envoler au Sénégal pour participer à l'inauguration du Musée des Civilisations Noires prévue le 6 décembre, le chef de l’Etat a signé une pluie de décrets. Et c’est l’armée qui est plus concernée. A commencer par l’Etat major pour se terminer à la gendarmerie. Le colonel Dailami Saindou Ben Ali qui était le chef de sécurité de la garde présidentielle, a été nommé chef d’Etat major adjoint en remplacement du colonel Ibrahim Salim, toujours en détention provisoire.

Le capitaine Said Ali Dahalani promu Commandant, a pris la place du Colonel Dailami, à la tête du Groupe de Sécurité des Hautes Personnalités (Gshp). On note également le remplacement du Colonel Abdallah Rafick au poste de commandant de la gendarmerie par le Commandant Ramadane qui était le chef du groupement de la gendarmerie. De leur côté, Charaf Soufou et Chanfiou Moindjie ont été nommé Chef d’escadron.

Sur ce décret portant inscription au tableau d’avancement d’officiers de l’Armée Nationale de Développement (AND) a vu aussi la promotion de 7 lieutenants au grade de Capitaine dont Loukmane Azali, le fils du président et Mohamed Fazul, le fils de l’actuel gouverneur de l’île de Mohéli. S’en sont suivis aussi plusieurs promotions au grade de Lieutenant. Dans un autre décret, on apprend par la suite que l’'ancien chef d'Etat-major, le Colonel Abdallah Gamil est "radié des cadres de l'Armée Nationale de Développement". L'intéressé est admis à faire valoir ses droits à la retraite selon un décret signé ce 03 décembre.

Mohamed Youssouf