Election présidentielle anticipée / Quel plan B pour le parti Juwa ?


Par , le dans l'actualité comorienne
Election présidentielle anticipée / Quel plan B pour le parti Juwa ? La candidature d’Ibrahim Mohamed Soulé à la présidence de l’Union a été invalidée par la Cour suprême. Le secrétaire général adjoint du Juwa a d’ores et déjà annoncé le nom du plan B du parti.


Le parti Juwa a vu 3 de ses prétendants évincés par la section administrative statuant en matière électorale ce 09 février. Il s’agit de Ibrahim Mohamed Soulé, pour la présidence de l’Union, de Mahmoud Mohamed Elarif pour le gouvernorat de l’île d’Anjouan et de Aladine Daroumi pour celui de Mohéli.

Le secrétaire général adjoint du Juwa, Abdou Said, rencontré juste après la délibération définitive de la Cour, dans le quartier général du Juwa, a affirmé que la formation politique avait un plan B.

Quel est-il ? « Comme nous connaissions à l’avance, les manigances de la cour, nous avons jugé bon de mettre en place des passerelles », a-t-il fait savoir. Et de citer le nom du candidat en question : « pour la présidence de l’Union, nous avons un deuxième candidat qui est là, qui est Me Mahmoud », avant de préciser qu’il allait convoquer « le conseil politique pour voir quelles étaient les modalités à suivre pour valider sa candidature ».

Il en est de même pour le gouvernorat de l’île d’Anjouan, toujours selon notre interlocuteur. « Nous avons aussi une deuxième soupape, qui est le député Nassim comme la candidature du prétendant qui avait été investi par le parti n’a pas été validée », a-t-il révélé.

Concernant l’invalidation des candidatures de son parti, le Sga est amer et dit ne pas comprendre la décision de la chambre de la Cour suprême. « Elle dit que ma signature n’est pas valide alors qu’il est de notoriété publique, que le titulaire est empêché parce qu’il est en prison ; la suppléance du Sga est prévue pour ce genre de cas », a-t-il pesté. Et de poser un autre problème selon lui : « outre celle d’Ibrahim Mohamed Soulé, j’ai aussi parrainé la candidature de Ahmed Abdallah Mohamed, prétendant au gouvernorat de Ngazidja, et bizarrement, celle-ci a été retenue ; je suis surpris par cette politique de deux poids deux mesures, il y a réellement un problème et il faudrait que la Cour parvienne à nous expliquer ». Tout « en ne comprenant pas l’attitude de la section administrative qui veut gérer le règlement intérieur de notre parti».

Pourquoi choisir Me Mahamoud et non El-Macelie ou Fahmi, qui sont deux autres candidats membres du parti Juwa ? Il faudra sans doute attendre la réaction de ces derniers et de leurs soutiens respectifs pour évaluer en faveur de qui le rapport de force jouera, en l’absence d’une consigne officielle du leader et président d’honneur du parti d’Ahmed Abdallah Mohamed Sambi.

Faïza Soule Youssouf