News

Urgent - le Sénégal enregistre son premier cas Ebola

Par , le dans l'actualité africaine
Urgent - le Sénégal enregistre son premier cas Ebola L'importante déclaration que le Ministre de la Santé, Awa Marie Coll Seck doit faire dans quelques minutes est pour annoncer le premier cas de malade du virus Ebola au Sénégal. 
 
La fièvre hémorragique a pu transpercer nos frontières malgré la décision de fermeture. La personne atteinte est d'origine guinéenne. Elle est venue en vacances au Sénégal en emportant dans ces bagages le virus. Elle est actuellement internée au service des maladies infectieuses de l'hôpital de Fann. 
 
Le gouvernement avait fait cette assurance à savoir qu’il jouerait à fond la carte de la transparence. Ceci, après les cas suspects de l’hôpital Fann et celui de Ourossogui qui s’étaient avérés finalement négatifs. 
 
Le Ministre de la Santé et de l’Action sociale fera face dans quelques minutes à la presse Nationale et Internationale. La salle de conférence du Ministère où ces lignes sont écrites, est présentement envahie par des journalistes des médias nationaux et internationaux.  
 
PressAfrik détenait l'information depuis hier. Sa source à l'hôpital Fann est formelle. Toutefois avec le caractère très sensible de la question, nous ne pouvions donner l'information. Et pourtant, nous avions tenté de joindre les autorités du Ministère de la Santé comme le Directeur de la Prévention, Dr El Hadji Mamadou Ndiaye qui est hors du pays et la cellule de communication. Mais, nos tentatives ont été vaines, certainement, la nouvelle devrait être annoncée par la plus haute autorité comme le disait le docteur Dayi Ka du service des maladies infectieuses de l'hôpital Fann. ... [Lire la suite]

La Serbie déclare un embargo à l’UE, pauvre Union européenne

Par , le dans actualité Internationale
Comme si cela ne suffisait pas, le gouvernement serbe a dit être disponible à favoriser les investissements de la part d’entreprises russes dans le secteur agricole serbe de manière à cimenter ultérieurement les liens économiques entre les deux pays.
Comme il est facile d’imaginer, celui-ci est un autre coup de massue pour les entreprises agro-alimentaires italiennes étant donné que les entreprises serbes souffleront leurs clients et les profits et si cela n’était pas déjà assez grave le gouvernement serbe a déclaré qu’il ne permettra pas aux entreprises italiennes ou européennes de contourner l’embargo russe en faisant passer ces produits à travers son territoire. Ainsi, la juste vengeance contre les criminels de Bruxelles est complète.
Arrivés à ce point, pendant que les producteurs suisses et serbes festoient, les italiens pleurent dans le désespoir et pour cela nous devons remercier Federica Mogherini et tous les ministres du gouvernement Renzi.... [Lire la suite]

Mamwe : Un richard qui se fait chopper la main dans le sac

Par , le dans Racine
Mamwe : Un richard qui se fait chopper la main dans le sac Pourtant, parmi les plaies qui gangrènent la Mamwe, la fraude tient le haut de l’affiche. Ce qui est sidérant dans tout cela, c’est que tous les comoriens dans leur ensemble manifestent leur colère parce qu’ils vivent dans l’obscurité. Tous réclament la démission du directeur en place pour incompétence. Tous pointent du doigt la mauvaise gestion de la Mamwe, le personnel pléthorique et rarement compétent. Oui, certes mais ce serait oublier que nous avons aussi notre part de responsabilité. Parce que les riches comme les pauvres, les chômeurs comme les salariés, ceux qui sont dans le public comme dans le privé, « tous oublions » de régler nos factures au pire. Au mieux, nous trafiquons nos compteurs pour payer moins que ce que nous devons. Il ne s’agit heureusement pas, de toute la population. Mais ceux qui paient sont pris en otage, alors qu’ils s’efforcent, malgré la cherté de la vie et des conditions rendues chaque jours plus dures, d’être honnêtes et de payer leur consommation d’énergie.
Alors oui, nos discours tiennent plus de l’hypocrisie qu’autre chose. Oui, la Mamwe a l’obligation de nous éclairer. Mais nous aussi avons l’obligation de payer nos factures. Nous ne pouvons décemment pas traiter la Mamwe de tous les noms d’oiseaux qui nous passent par la tête parce qu’elle ne fournit pas de l’énergie alors que nous la volons. 
Oui, pour ceux qui ne le savent pas, frauder c’est voler. Frauder est aussi malhonnête que de piquer dans la caisse. Frauder est aussi malhonnête que de détourner de l’argent. Et voler la Mamwe est aussi immoral que de frapper sur une personne amputée de ses 4 membres. Nous insultons la Mamwe pour son incapacité à nous fournir du courant alors que, tous nous la volons. Plus affligeant encore, nous spolions la Mamwe avec la complicité de ses agents, lesquels agents attendent d’être payés à la fin du mois, à la fin de chaque mois. Ces agents criminels n’auront qu’une simple suspension comme sanction, rien de bien dissuasif, encore une fois. 
Le pire dans tout cela, c’est que le pauvre mec, paumé qui est payé tous les 36 du mois pourra être serein, se donner bonne conscience, quand lui viendra l’envie de frauder. Oui, il se dira « si le grand monsieur avec ses multiples magasins dans la capitale et son énorme 4*4 dernier cri fraude, qui suis-je pour ne pas le faire, qu’ai-je pour ne tricher ? ». Rien que pour cela, rien que pour cette « mauvaise influence », ces « grands » commerçants qui ne savent manifestement pas ce qu’est le civisme, devraient payer un tribut plus lourd. Les agents fraudeurs eux, devraient être virés, sans possibilité d’être à l’avenir recrutés dans une société d’Etat. ... [Lire la suite]

Brésil: Village de femmes cherche hommes célibataires

Par , le dans actualité americaine
Brésil: Village de femmes cherche hommes célibataires Certains hommes y sont autorisés, mais seulement les maris et enfants des villageoises. Les premiers travaillent loin de la maison la semaine et ne rentrent que le week-end. Les seconds sont priés de quitter la maison à 18 ans.
«Cela fait longtemps que je n’ai pas embrassé un homme»
Il y a tout de même un hic, relève le Daily Mail. Dans ce cocon, difficiles pour les célibataires de trouver l’âme sœur. Un vrai problème dans ce village où la majorité des habitantes ont entre 20 et 35 ans. «Les seuls hommes qu’on rencontre sont soit mariés, soit ils ont un lien de parenté avec nous, se désole Nelma Fernandes. Cela fait longtemps que je n’ai pas embrassé un homme.»
Du coup, Noiva do Cordeiro s’est lancé dans un drôle de casting. Elles lancent un appel aux hommes célibataires pour venir rejoindre la communauté.
Les candidats devront se soumettre aux règles du village
Mais ne faites pas vos valises trop vite. Les candidats doivent savoir une chose: ils devront se soumettre aux règles du vilage et savoir que là-bas, ce sont les femmes qui commandent, de l’agriculture à la religion. Ce n’est pas près de changer: «Il y a plein de choses que les femmes font mieux que les hommes. Notre village est plus joli, mieux organisé et bien plus harmonieux que si des hommes étaient aux commandes», affirme Nelma.... [Lire la suite]

IL MESURAIT 2M57L’HOMME LE PLUS GRAND DU MONDE EST MORT

Par , le dans actualité européenne
IL MESURAIT 2M57L’HOMME LE PLUS GRAND DU MONDE EST MORT Il estimait que «cela ne serait pas juste pour elle». L’homme avait connu une poussée de croissance à ses 12 ans après avoir subi une opération au cerveau, raconte le «Daily Mail».En 2008, touché par son histoire, le président ukrainien Viktor Iouchtchenko lui avait offert une voiture adaptée à sa taille. Trois ans auparavant, le cordonnier allemand Georg Wessels lui avait confectionné des paires de chaussures orthopédiques sur mesure en taille... 64. L'homme le plus grand du monde est actuellement le Turc Sultan Kosen. Il mesure 2m51.© LASKI/SIPA... [Lire la suite]

A 103 ans, il bat le record du monde de 100m

Par , le dans actualité Internationale
A 103 ans, il bat le record du monde de 100m « J’adorerais courir avec Bolt« , déclare le Japonais. « J’entretiens le rêve, et j’essaye de rester dans la meilleure forme possible et en bonne santé. C’est important, même pour Bolt« .
 
 
 
Difficile en le regardant, si peu ridé, les jambes fluettes mais musclées, d’imaginer qu’il est né en 1910, l’année où le Japon a annexé la Corée, et avant les deux guerres mondiales.   »J’ai un petit corps, alors je fais attention à ce que je mange. Chaque bouchée, je la mastique 30 fois avant d’avaler. Comme ça mon estomac est content et ça m’aide à courir. Sans oublier ma confiture de mandarine! »
 
 
 
Dans un pays où l’on jouit de la plus longue espérance de vie au monde, ce petit lutin rouge est probablement la plus incroyable mascotte des « papys et mamies turbos ».  »Golden Bolt », lui, se donne encore cinq ans avant de remiser les souliers! « je suis encore jeune, je peux encore progresser ». Il faut dire que ce pépé originaire de la préfecture de Shizuoka (200 km au sud de Tokyo) connue pour son thé vert aux vertus médicinales, a commencé l’athlétisme sur le tard, à… 92 ans.... [Lire la suite]

Joj de Nanjing : Les Comores sur les hautes marches du podium en or et argent

Par , le dans l'actualité comorienne
Joj de Nanjing : Les Comores sur les hautes marches du podium en or et argent Ces deux médailles entrent ainsi dans l’histoire de l’athlétisme national. Elles ont été remportées par deux jeunes espoirs de la discipline. Pour Madiane Mohamed Issa, chef de mission de la délégation comorienne à Nanjing, cet exploit couvre les performances réalisées par ces coureurs lors de leurs courses individuelles. “Ce qui s’est passé l’après-midi du mardi à Nanjing reste historique pour l’athlétisme comorien. Les deux performances d’Aboubacar Daou et Fatima Dhakrina méritent une page en or sur cette discipline“, insiste-il.
Mohamed Miftahou,  troisième comorien de la dernière course des Joj de Nanjing, n’a rien gagné. Il a couru dans le groupe 30 et n’a pas pu s’imposer pour offrir un troisième métal aux Comores. “Mohamed Miftahou n’avait pas des athlètes assez rapides dans son groupe. Lors du premier tour pour la qualification pour la finale, les équipes d’Aboubacar Daou et de Fatima Dhakrina ont occupé la deuxième et sixième place. Celle de Mohamed Miftahou n’a pas pu s’offrir une place sur les huit premiers qui devront disputer la finale“, devait préciser Madiane Mohamed Issa.
Le duo Daou-Fatima est le premier médaillé olympique de la jeunesse de l’histoire des Comores. Mais les Comores comptent depuis 2009 une médaille d’or des jeux olympiques spéciaux. La médaille a été gagnée aux 200 m à Idaho aux Etats-Unis par Irham Aboubacar.... [Lire la suite]

Ebola : le mensonge généralisé

Par , le dans actualité Internationale
Ebola : le mensonge généralisé Très peu de contagion
Les images de soignants portant des masques et des combinaisons intégrales pour s'approcher des malades suspectés sont insensées et dignes d'un mauvais film de science-fiction.
Car le virus Ebola ne se transmet absolument pas si facilement :
« Il faut un contact direct avec un liquide biologique comme le sang, les selles, les vomissures. Il n'y a aucune transmission par voie aérienne. C'est-à-dire que, lorsqu'une personne parle ou tousse, elle ne répand pas le virus Ebola dans l'air ambiant. » explique le Pr Bruno Marchou, chef de service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de Purpan, à Toulouse.
Autrement dit, le virus Ebola est comparable au SIDA pour son mode de propagation. Il faut vraiment être au contact du sang ou du liquide biologique du malade pour risquer soi-même d'être contaminé.
Cela veut dire, toujours selon le Pr Bruno Marchou, que le virus Ebola :
« n'atteindra pas le stade pandémique. À Conakry (capitale de la république de Guinée), ils avaient initialement plusieurs dizaines de cas parmi le personnel hospitalier. Ils ont réussi, en appliquant des mesures d'hygiène standard simples, à endiguer la propagation du virus parmi leur personnel. »
Ces mesures d'hygiène n'ont rien de sorcier : « Quand on s'occupe d'un patient, on se couvre les mains avec des gants. Si le patient vomit, il faut aussi se couvrir le visage. C'est le b.a-ba. On fait ça tous les jours. » continue-t-il.
«La mort dans 20 à 90 % des cas »
Sandrine Cabu, de Médecins Sans Frontières, interrogée par Le Monde, explique que le virus Ebola entraîne « la mort dans 20 à 90 % des cas ».
Pourquoi une fourchette aussi absurdement large ?
Parce que le virus Ebola est surtout dangereux quand il est mal soigné. Les personnes meurent de déshydratation ou d'hémorragies mais le traitement consiste alors simplement à hydrater ou à transfuser le patient, pas à lui donner un vaccin ni un hypothétique médicament. Il ne faut pas croire ce que prétend l'industrie pharmaceutique qui aimerait pouvoir vendre aux gouvernements une poudre de perlimpinpin comme elle l'avait fait pour le Tamiflu.
« Les nouveaux médicaments ne sont pas la solution contre Ebola », selon un expert en maladies infectieuses. La solution contre l'épidémie consiste à respecter des mesures simples et de bon sens : hygiène, bonne nutrition, vitamine D, vitamine C.
Selon Anthony Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses des Etats-Unis, l'outil le plus efficace contre Ebola est de prodiguer les soins de base aux malades.
« La véritable priorité devrait être de créer des infrastructures médicales dans les pays touchés pour fournir aux malades le soutien médical de base comme l'hydratation et la transfusion sanguine. Cela aura un beaucoup plus gros effet sur la santé que la distribution au hasard de quelques médicaments expérimentaux. »
Selon Thomas E. Levy, auteur d'un article récent sur les remèdes potentiels contre le virus Ebola :
« Jusqu'à présent, il n'y a pas un seul virus testé qui n'ait pas été inactivé par une certaine dose de vitamine C. Un des moyens prioritaires pour détruire le virus, ou programmer sa destruction par le système immunitaire, est d'activer la “réaction de Fenton”. En un mot, cette réaction peut se produire à l'intérieur du virus, dans les cellules où les virus se répliquent et à la surface des virus eux-mêmes. »
Il n'y a donc aucune raison de suspecter le virus Ebola de se transformer brutalement en une pandémie à l'échelle de l'Afrique, et encore moins dans le reste du monde.
Mais il n'y aucun doute que cette psychose peut servir les intérêts financiers de quelques-uns.
 
Semer la panique : un business très lucratif
La panique autour du virus Ebola rappelle évidemment la grippe aviaire de 2005 et la grippe porcine (H1N1) de 2009.
Ces deux « pandémies imminentes » ont été l'occasion de manipuler grossièrement les opinions publiques pour justifier la vaccination en masse des populations, qui s'est révélée entraîner de terribles effets secondaires, dont la narcolepsie, un très grave trouble du sommeil.
En 2009, l'Organisation Mondiale de la Santé a prédit qu'un tiers de la population mondiale pourrait être touchée par la grippe H1N1, avec des effets incalculables. La ministre de la Santé Roselyne Bachelot n'avait alors pas hésité à commander 94 millions de vaccins ! Les Français n’ayant été que 6 millions à se faire vacciner, Mme Bachelot avait, dès le mois de janvier 2010, annulé auprès des laboratoires pharmaceutiques la livraison de 50 millions de doses et fait verser par l'Etat en dédommagement près de 48 millions d’euros aux laboratoires.
Quant au fameux médicament antiviral « miracle », le Tamiflu, son effet réel n'est que de réduire la durée des symptômes de moins d'une journée, sans limiter d'aucune façon les hospitalisations. Une étude britannique a conclu que la distribution de Tamiflu contre la grippe H1N1 a eu pour seul effet de... gaspiller 500 millions de Livres sterling.
En effet, la saison de grippe 2009 se révéla finalement moins grave que d'habitude, malgré la présence de la souche H1N1. De plus, de nombreux prétendus cas de grippe H1N1 se révélèrent ne même pas être des grippes mais de simples rhumes, ce qui n'est pas sans rappeler ce cas de virus Ebola à Berlin qui s'est finalement révélé être... une gastro.
Jouer avec le feu
Toutefois, les titres excessifs martelés par la presse sont à mon avis très dangereux :
« Une épidémie absolument pas sous contrôle, sans précédent », Médecins Sans Frontières, le 30 juillet 2014.
« Le virus Ebola continue de dévaster l'Afrique de l'Ouest », Le Monde, 15 août 2014.
« L'OMS décrète une urgence de santé publique de niveau mondial », France 24, le 20 août 2014.
Cette psychose est en train de semer la pagaille en Afrique, où des gouvernements sont ni plus ni moins en train de fermer les frontières, mobiliser les armées pour réprimer les populations, et même isoler sans raison des dizaines de milliers de malheureux, hommes, femmes, vieillards et enfants mis en quarantaine dans un bidonville du Libéria, sans nourriture ni eau.
« Pour espérer contenir l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola qui fait rage au Liberia (…) le gouvernement prend des mesures draconiennes. Deux quartiers de la capitale, Monrovia, ont été placés en quarantaine et sous surveillance sécuritaire, alors que dans le reste du pays, un couvre-feu a été instauré. », Le Monde du 22 août 2014.
"Tirer à vue"
Dimanche 24 août, on apprenait que, au Sierra Leone :
« Le parlement a adopté un projet de loi qui interdit d'héberger des malades. Les contrevenants sont passibles de deux ans de prison. »
Lundi 25 août, pire encore : le gouvernement du Libéria ordonne à ses soldats de "tirer à vue" sur les personnes qui chercheraient à passer la frontière, soit disant pour empêcher l'épidémie de se progager !
Ces réactions totalement excessives risquent de provoquer une vraie catastrophe humanitaire, bien plus grave que le virus Ebola lui-même.
Des mesures commencent également à être prises contre les Africains au niveau international :
« Au niveau international, les citoyens de ces pays font l’objet d’une quarantaine de plus en plus stricte avec la fermeture des frontières, la suspension des vols de la plupart des compagnies aériennes qui les desservaient, le rapatriement des membres des familles du personnel diplomatique dans ces pays, l’annulation de conférences internationales, la délocalisation d’événements sportifs, etc. » note Rue 89.
En Corée, de véritables réactions racistes éclatent contre les Africains, interdits d'entrer dans certains magasins.
Le mythe du passager infecté dans l'avion
À écouter les autorités et nos journalistes, on croirait qu'une épidémie de virus Ebola peut se déclencher à tout instant en Europe : il suffirait que débarque un Africain touché par la maladie arrivé par avion.
Cette hypothèse est parfaitement irréaliste. Elle ne traduit qu'une ignorance complète de ce qu'est réellement le virus Ebola.
Ne succombons ni à la psychose, ni à une forme de racisme qui ne dit pas son nom.
L'épidémie de virus Ebola ne sera correctement endiguée en Afrique que si toute violence et toute mesure répressive cesse. Qu'on laisse chaque patient être pris tranquillement en charge par un personnel ayant une formation médicale de base, et prenant les mesures d'hygiène évidentes.
N'envoyons ni cargaisons de vaccins en Afrique, ni médicaments. Cela ne servirait qu'à enrichir les laboratoires pharmaceutiques et à provoquer des dégâts bien plus graves par les effets secondaires de ces médicaments.
À votre santé !... [Lire la suite]

Incroyable: une femme indienne tue un léopard avec une faucille

Par , le dans l'actualité comorienne
Incroyable: une femme indienne tue un léopard avec une faucille "J'ai rassemblé mon courage pour me battre. Je me suis promis que ce ne serait pas mon dernier jour", a-t-elle déclaré au quotidien.
Les attaques de léopard sont relativement courantes dans les zones rurales de l'Inde et ces animaux s'aventurent de plus en plus dans les zones peuplées car leurs espaces de vie se réduisent.
L'ONG World Wild Fund (WWF) exhorte l'Inde à mieux gérer ses forêts et autres espaces de vie du léopard pour assurer leur protection. Ils étaient 1.150 recensés en Inde en 2011.... [Lire la suite]