News

USA et OTAN contre la Russie : La guerre va bientôt commencer, Les militaires se mobilisent

Par , le dans Racine
USA et OTAN contre la Russie : La guerre va bientôt commencer, Les militaires se mobilisent Au lendemain de la décapitation d'un deuxième journaliste américain, la lutte contre cette organisation djihadiste ultra-violente sera au centre du dîner des chefs d'Etat jeudi soir, et la constitution d'une coalition pour combattre l'EI, souhaitée par les Américains, devrait faire l'objet de réunions en marge du sommet.
"Ceux qui ont assassiné James Foley et Steven Sotloff en Syrie devraient savoir que les Etats-Unis leur feront également rendre des comptes, quel que soit le temps que cela prendra", a promis mercredi le secrétaire d'Etat américain John Kerry.
Présence de soldats russes en Ukraine
L'Ukraine, où la situation s'est dégradée avec la participation de soldats russes aux combats aux côtés des rebelles séparatistes, fera l'objet d'une première réunion avant même l'ouverture du sommet entre le président Petro Porochenko et les dirigeants américain, britannique, allemand, français et italien.
Petro Porochenko informera à cette occasion ses homologues de son "évaluation" de "la situation sur le terrain et de ses discussions avec le président [russe Vladimir, NDLR] Poutine", selon une source gouvernementale britannique.
Alors que les pays membres de l'Alliance veulent afficher leur détermination et leur unité face à la Russie, Moscou a tenté de reprendre la main mercredi en présentant un plan de règlement du conflit en Ukraine, qualifié de "poudre aux yeux" par Kiev et accueilli avec la plus grande prudence par les Occidentaux, le président américain Barack Obama en tête.
La Russie, menacée de nouvelles sanctions européennes, qui pourraient être annoncées vendredi, est sous pression : dans une annonce coup de théâtre à la veille du sommet, Paris a annoncé la suspension de sa livraison extrêmement controversée d'un navire de guerre Mistral, une mesure qu'elle refusait de prendre jusqu'à présent.
Si les conséquences financières risquent d'être lourdes pour la France, estimées à environ 1 milliard d'euros, la suspension de l'emblématique contrat Mistral (un deal sans précédent conclu en 2011 entre Paris et Moscou), est "bien évidemment désagréable" pour la Russie, a reconnu un vice-ministre russe de la Défense, Iouri Borissov.
Obama appelle l'Otan à soutenir "sans ambiguïté" l'Ukraine
Jeudi après-midi, la réunion de la commission Otan-Ukraine sera l'occasion pour les 28 leaders de l'Alliance d'énoncer solennellement leur solidarité avec ce pays, au centre de la plus grave crise entre Moscou et les Occidentaux depuis la fin de la guerre froide.
Lors d'une visite mercredi en Estonie, destinée à rassurer les pays baltes, le président américain Barack Obama a appelé l'Alliance à soutenir "sans ambiguïté" l'Ukraine, et à prendre "des engagements concrets pour l'aider à moderniser et renforcer ses forces de sécurité".
Il a enfoncé le clou dans une tribune commune avec David Cameron publiée jeudi dans "The Times" : "Nous devrions soutenir le droit de l'Ukraine à déterminer son propre avenir démocratique et continuer nos efforts pour renforcer les moyens de l'Ukraine", ont écrit les deux dirigeants.
Rien n'oblige l'Otan à défendre l'Ukraine, qui n'est pas membre de l'Alliance, mais les Occidentaux ont promis de soutenir son armée par des programmes de modernisation dans les domaines de la logistique, de la cyberdéfense, du commandement et des soins aux soldats blessés. Aucune livraison d'armes n'est envisagée malgré les appels de Kiev en ce sens.
Adoption d'un plan de réactivité
Vendredi, les dirigeants occidentaux devraient adopter un plan de réactivité (Readiness action plan, RAP) qui doit permettre d'augmenter la rapidité de déploiement de troupes en cas de crise, et impliquera plusieurs milliers de soldats. Une réponse à la fois stratégique et militaire des Alliés aux nombreuses crises qui déstabilisent ses environs immédiats, en Ukraine mais aussi au Moyen-Orient.
Cette force pourra "être déployée n'importe où dans le monde très rapidement", affirment Barack Obama et David Cameron dans leur tribune commune.
Dans l'immédiat, ce plan, qui devrait coûter "quelques centaines de millions d'euros" par an, doit rassurer les pays est-européens de l'Alliance inquiets des agissements du puissant voisin russe.
Le sommet de Newport doit aussi acter le retrait d'Afghanistan des troupes de combat de l'Otan après treize années de présence, l'opération la plus longue et la plus importante jamais menée par l'Alliance.... [Lire la suite]

Ebola : Un fait suprenant vient de se produire au Libéria

Par , le dans l'actualité comorienne
Ebola : Un fait suprenant vient de se produire au Libéria  
Elle leur reproche de ne pas être rentrés au pays afin de contribuer à booter hors du pays la maladie à virus Ebola. Une lutte nationale à laquelle ces hauts fonctionnaires refusent d’y prendre part. Certains sont revenus, d'autres par contre ont préféré rester hors du pays. 
Parmi ceux-ci, des membres de cabinets ministériels et des hauts fonctionnaires, autant de hauts responsables qui ont paniqué devant la maladie et ont préféré s'en tenir très éloignés au lieu de participer à l'effort gouvernemental. 
Selon Lewis Brown, le ministre de la Communication, joint par RFI, les responsables limogés sont tous des membres de l'exécutif : des hauts fonctionnaires, des membres de cabinets ministériels, des députés ou encore des responsables de la commission d'investissement.
Lorsque le 6 août, le Liberia, sévèrement frappé par l'épidémie d'Ebola, avait décrété l'état d'urgence, Ellen Johnson Sirleaf avait ordonné à ces hauts fonctionnaires de rentrer dans le pays pour que tout le monde participe à la lutte contre le virus.... [Lire la suite]

Fahmi Saïd Ibrahim doit quitter le PEC pour être le candidat du "Juwa" en 2016

Par , le dans l'actualité comorienne
Fahmi Saïd Ibrahim doit quitter le PEC pour être le candidat du "Juwa" en 2016 Et comme notre ami et frère Maître Fahmi Saïd Ibrahim n’est pas bête, qu’il sait que 2 et 2 font 4 et jamais 5, et qu’il et sait ce qu’il veut, il a multiplié les œillades enamourées envers Ahmed Sambi, qui a fini par céder aux prétentions présidentielles de son ambitieux ancien ministre. Eh oui, cela s’appelle la force de persuasion. Seulement, il y a les jaloux et les grincheux regroupés autour d’Ahmed Saïd Jaffar et de Mohamed Bacar Dossar, qui ne jurent que par le Caporal crypto-sambiste Bourhane Hamidou, qui a eu l’intelligence de nommer Mohamed Bacar Dossar, secrétaire général de l’Assemblée de l’Union des Comores, que lui-même préside, à la grande honte de tout un pays. Finalement, il n’est pas si bête que ça, le Caporal Bourhane Hamidou. Qu’on se le dise. Et c’est ainsi que ce lundi 1er septembre 2014, a eu lieu la Grosse et Colossale Réunion des vieux grognons et jeunes loups aux dents longues et acérées du Parti Juwa ou Parti de l’enfer. Dans une unanimité revancharde et vindicative baignant dans une ambiance de haine et de détestation, les jaloux qui étaient présents ont dit: «Maître Fahmi Saïd Ibrahim veut être notre candidat à l’élection présidentielle de 2016? Très bien. Il veut diriger le pays? Très bien. Il s’en croit capable? Très bien. Seulement, il ne peut pas manger à tous les râteliers. Donc, s’il veut être notre candidat en 2016, il doit commencer par démissionner tout de suite du PEC et proclamer officiellement et publiquement son adhésion à notre Parti Juwa». Les jaloux maudits! Les grincheux maudits! Ils demandent l’impossible à notre ami et frère Maître Fahmi Saïd Ibrahim, qu’ils connaissent très mal, car ce n’est pas cette carcasse qu’est le PEC qui va tuer les ambitions, prétentions et velléités présidentielles de notre ami et frère Fahmi Saïd Ibrahim.
Au Maroc, on accuse le Docteur Azzedine Laraki d’avoir dit être prêt à renier 60 Chapitres du Coran pour devenir Premier ministre: « Le même Azzedine Laraki, le jour où Hassan II le désigna Premier ministre en 1986, se fit apostropher par l’un de ses “frères” du parti [de l’Istiqlal]: “Mais, Si [«Monsieur» en marocain] Azzedine, comment as-tu pu renier ton parti [«Hizb», en arabe] et le quitter pour devenir Premier ministre?”. On prête à Laraki cette réponse qui siffle encore dans les oreilles istiqlaliennes: “Mon cher ami, pour devenir Premier ministre, je serais prêt à renier s’ttin hizb (60 partis)”. Le “s’ttin hizb” faisant aussi référence aux 60 chapitres du Coran, on comprend que personne à l’Istiqlal n’ait pardonné aujourd’hui encore à Azzedine Laraki sa trahison et encore moins son écart de langage»: Karim Boukhari: Enquête. La secte Istiqlal, www.telquel-online.com n°178, Casablanca, 7 juin 2005. Aux Comores, il n’y a pas 60 PEC, mais juste 1. Le moment venu, notre ami et frère Fahmi Saïd Ibrahim sera obligé de renier le PEC pour se lancer à une course politique qu’il espère être l’apothéose de sa carrière politique, une course effrénée qui doit le mener à Beït-Salam. Ces gens-là ne connaissent pas l’étendue de l’ambition présidentielle du futur ancien Président du PEC. Je vous préviens aujourd’hui: si pour devenir le candidat officiel d’Ahmed Sambi en 2016, notre ami et frère Maître Fahmi Saïd Ibrahim doit quitter le PEC et adhérer au Juwa d’Ahmed Sambi, il ne ratera pas sa candidature pour ça. Le moment venu, je vous ressortirais, Incha Allah, cet article et l’agiter sous votre nez. Nous parlons politique, Mesdames et Messieurs.
Au centre de l’ignoble chantage exercé sur notre ami et frère Maître Fahmi Saïd Ibrahim, il y a un homme. Cet homme n’est autre qu’Ali Nassor, Duc de Mitsamiouli, ministre de l’Économie et des Finances sous Ahmed Abdallah dans les années 1980. Il est arrivé à convaincre Ahmed Sambi qu’il est lui-même l’homme de la situation. Ahmed Sambi, qui sait qu’il ne sera pas candidat au poste de chef d’État en 2016, est très sensible à la petite musique sournoise d’Ali Nassor. Du coup, Ali Nassor a retrouvé une seconde jeunesse politique et complote sans vergogne et en coulisses contre notre ami et frère Maître Fahmi Saïd Ibrahim, qu’il a commencé à ne pas trop aimer. Comploteur et maître chanteur, va!
Du côté du pouvoir politique en place, les coups de Jarnac ont commencé. Les peaux de banane aussi. Le Président Ikililou Dhoinine s’est même laissé aller à quelques confidences et a jeté son dévolu sur son ami et allié, le Gouverneur Mouigni Baraka de la Grande-Comore, son dauphin du moment, en lieu et place du Vice-président Mohamed Ali Soilihi. Ne riez pas car c’est la vérité. Le Président de la République dit vouloir privilégier celui qui aura un plus grand nombre de Députés à l’Assemblée de l’Union des Comores après le report des élections législatives du 2 novembre 2014. Du coup, Mouigni Baraka a perdu le sommeil. Ceux qui l’ont vu ces derniers temps jurent qu’il a des poches sous les yeux par manque de sommeil. On prétend encore que mon frère le Député Djaé Ahamada Chanfi est dans le même état d’esprit. En tout état de cause, le Gouverneur Mouigni Baraka se voit déjà Président des Comores. Dans une semaine ou deux, il va sévir en France, où il tiendra des meetings à Paris, Lyon, Marseille et Nice. On ne voit pas comment il va rater Dunkerque. Le Gouverneur Mouigni Baraka va sillonner la France pour une élection législative qui n’aura pas lieu, juste pour pouvoir aller parader et plastronner devant son ami le Président Ikililou Dhoinine et lui dire: «Batiti [Frère], me voilà devant toi, pour réclamer mon dû. Mon dû, c’est d’avoir le privilège, l’honneur et le droit d’être ton dauphin en lieu et place du Vice-président Mohamed Ali Soilihi». Quand on évoque le sujet devant le Député Ibrahim Ali Mzimba, colistier du Vice-président Mohamed Ali Soilihi en 2016, l’homme de Dembeni, dans le Mbadjini, pousse un soupir d’exaspération avant de lancer: «Je te répète chaque fois qu’il ne faut pas confondre rumeur et information. Laisse Radio Cocotier raconter ses histoires habituelles. Nous qui sommes aux côtés du Vice-président Mohamed Ali Soilihi sommes très sereins. Nous n’empêcherons personne de parler et de rêvasser. De toute manière, c’est le peuple qui décide, et notre peuple est un peuple mature. Alors, en tant que démocrate, je laisse les gens parler si cela peut les aider à avoir un peu de joie dans leurs états-majors de partis, en se voyant là où ils ne seront pas en 2016. Dans notre camp, nous avons beaucoup d’atouts à faire valoir, mais en professionnels des affaires étatiques, nous laissons faire. Nous laissons faire, et le réveil sera brutal pour certains qui oublient ce qu’on attend d’un chef d’État.... [Lire la suite]

Moroni : Les dépotoirs sauvages d’ordures ont refait surface

Par , le dans l'actualité comorienne
Moroni : Les dépotoirs sauvages d’ordures ont refait surface Il serait plus facile de pointer du doigt le comportement incivique de la population habituée à déposer quotidiennement les ordures dans certains lieux de ramassage mais le plus inquiétant reste l’inertie des autorités publiques. Une autorité qui n’agit que rarement pour l’intérêt général et public et dont la mission principale s’est réduite à sa plus simple expression, se contenter d’honorer de sa présence, les cérémonies officielles ou les grands mariages.
Les autorités communales et insulaires devraient en finir avec ce manque de responsabilité qui les caractérise car la collectivité locale a pour objet d’assurer l’ordre, la sûreté et la salubrité publique.
Le ministère et le commissariat de Ngazidja chargé de l’Environnement devraient aussi proposer des solutions car ils ont pour mission de veiller à ce que le milieu physique de la vie humaine, n’influe pas défavorablement sur le bien-être des personnes. Dans la capitale, les habitants sont en droit de s’interroger sur l’utilisation des fonds collectés chaque jour dans les marchés, alors que le nettoyage des lieux n’est plus assuré. Qu’attendent le Maire et son équipe pour apporter des réponses à cette situation de santé publique.
 ... [Lire la suite]

8 boursiers partent pour la Chine

Par , le dans l'actualité comorienne
8 boursiers partent pour la Chine « Depuis les années 80, la Chine ne cesse d’envoyer des étudiants comoriens là-bas et le nombre d’étudiants comoriens sur place ne cesse d’augmenter chaque année », déclare Xiao Ming, l’ambassadeur de Chine à Moroni. Ce diplomate a expliqué que de nombreuses formations sont concernées par le projet, telles que la diplomatie, l’ingénierie, la microbiologie, l’informatique, les relations publiques et tant d’autres disciplines.
 
Un jeune homme, ayant bénéficié plus tôt d’une bourse et en vacance au pays, a conseillé à ses collègues d’adopter une ouverture d’esprit. « C’est vrai, à l’arrivée c’est un peu difficile. Mais la Chine est un pays magnifique. Il suffit d’avoir un esprit ouvert et d’aller vers les autres, et le reste ça vient », lance Ilham Azali, étudiant en ingénierie électrique.
 
Le ministre de l’Education nationale a rappelé les liens qui unissent les Comores à la Chine et leur coopération qui ne cesse d’évoluer. Il a parlé de l’accord signé la semaine dernière entre les deux pays pour la construction du complexe sportif à hauteur de 6 milliards de francs comoriens. « Ce nouveau départ d’étudiants en Chine va nous permettre de disposer d’un capital humain capable de jouer un rôle déterminant dans le développement socio-économique du pays », avance Abdoulkarim Mohamed, le ministre de l’Education nationale. Il appelle ces jeunes comoriens à respecter les spécificités de ce grand pays ami qui va bientôt les accueillir.
 
Mohamed Youssouf... [Lire la suite]

NGAZIDJA: UN CONCOURS DE BOURSES POUR LA COTE D'IVOIRE

Par , le dans l'actualité comorienne
NGAZIDJA: UN CONCOURS DE BOURSES POUR LA COTE D'IVOIRE Les étudiants retenus à l’issue de ce concours pourront suivre leurs études à l’Institut cité en qualité de boursiers de l’Etat ivoirien.Le cabinet du gouvernorat signale, par ailleurs, qu’à partir de cette rentrée, les étudiants comoriens bénéficieront de facilités en vue de s’inscrire à l’Université d’Abidjan.« Tout cela fait partie des résultats de la précédente visite du Gouverneur Mouigni Baraka en Cote d’Ivoire, lui-même étant un ancien étudiant de l’ENA d’Abidjan » a précisé la directrice de la Coopération décentralisée, Matain Abdoulafourou.... [Lire la suite]

COMORES : Participation des mahorais aux travaux de la C.O.I

Par , le dans Racine
COMORES : Participation des mahorais aux travaux de la C.O.I Lors de la réunion du Conseil des Ministres de la COI du mois d'avril 2014 à Moroni, sur demande du ministère des affaires étrangères françaises, transmise par le préfet de Mayotte, il avait été demandé au Président du conseil général de Mayotte de désigner un élu qui intègrerait la délégation française qui devrait participer à cette réunion. Ahamed Attoumani Douchina, ancien Président du conseil général de Mayotte avait été désigné pour participer à la dite réunion. Cependant, ce dernier n'a pas pu participer à la réunion interministérielle faute d'accréditation et grâce à la vigilance du Ministère comorien des Relations Extérieures qui avait refusé d'intégrer Monsieur Douchina dans la délégation de la France. Cette exclusion d'Ahamed Attoumani Douchina à cette réunion avait soulevé un énorme tollé à Mayotte. Le Ministre des Affaires étrangères de la France, Laurent Fabius avait écrit au président Douchina le 18 avril dernier pour lui informer « qu'une telle situation ne se reproduira plus et qu'il maintiendra sur le sujet une veille personnelle afin que l'image extérieure de laFrance ne soit plus si grossièrement écorné". Il a tenu aussi à rappeler dans cette lettre, son engagement pour la parfaite insertion de Mayotte dans son envronnement régional. Cette lettre a ouvert ainsi, la participation de personnalités mahoraises dans la délégation de la France qui a participé au sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la COI du 23 août dernier. 
Cette participation mahoraise imposée par la France est pourtant illégale. En effet, la France a adhéré à l'accord général de coopération entre les Etats membres de la commission de l'océan indien, pour le compte de la Réunion,le 10 janvier 1986. La participation de la France au nom d'un département d'outre-mer était permise par les termes de l'acte constitutif de la COI d'une part et par les dispositions constitutionnelles françaises d'autre part. Dans son article 13, en effet, l'accord de Victoria prévoit que « la commission examinera toute demande d'adhésion faite par tout Etat ou entité de la région ». L'expression « entité » ménageait une place pour la Réunion. Le préambule du protocole d'adhésion de la France à la COI circonscrit à la Réunion cette participation et rappelle la « volonté (française) de voir son département et sa région de la Réunion participer pleinement à la coopération régionale réalisée au sein de la COI ». Le souci d'encadrer ainsi l'adhésion française ne répondait pas seulement à un objectif pratique. Il visait à prendre en compte les préoccupations manifestées par certains Etats au regard du « respect absolu des souverainetés nationales, sans paternalisme ou visée géopolitique ».
 
Cette présence du département français de la Réunion emporte deux conséquences pour la participation française au sein de la COI. En premier lieu ce n'est pas un diplomate mais le préfet de la Réunion qui représente les intérêts de la France dans les instances de la COI. Ensuite, comme l'indique le mémorandum français de janvier 1986, « le chef de la délégation s'adjoindra l'assistance d'élus de la Réunion et d'experts ». L'article 3 de l'accord général de coopération entre les membres de la COI prévoyait cette possibilité : « les parlementaires des pays signataires peuvent être invités à participer à titre d'observateur aux travaux de la commission ». Compte tenu des dispositions de l'accord de Victoria, il faut entendre par "élus de la France", les élus de Département de la Réunion. Mais, la France a fait sa propre interprétation de cet article pour inclure des élus mahorais dans sa délégation.
 
Il revient au Chef de la diplomatie comorienne d'attirer l'attention de ses homologues, lors prochaine conseil des Ministres de la COI sur cette interprétation erronée de l'article 3 par la partie française.... [Lire la suite]

Avertissement de Poutine: ‘Ne cherchez pas d’histoire à la puissance nucléaire qu’est la Russie’

Par , le dans actualité Internationale
Avertissement de Poutine: ‘Ne cherchez pas d’histoire à la puissance nucléaire qu’est la Russie’ « S’il s’agit là de valeurs européennes contemporaines, alors je suis déçu au plus haut point ». Le dirigeant russe a comparé l’opération militaire actuelle de l’Ukraine avec le siège nazi de Leningrad pendant la Seconde Guerre mondiale.
Une autre déclaration de Poutine se rapporte aux Etats-Unis : « Est-ce que vous vous souvenez de la blague +Quoi que fassent les Russes, ils finissent toujours avec une Kalachnikov+? J’ai l’impression que quoi que les Américains touchent, ils finissent toujours par la Libye ou l’Irak. »
Lorsqu’on lui a demandé s’il pensait que l’Organisation des Nations Unies était encore un instrument efficace, Poutine a répondu:
L’organisation perdra son but si elle se limite à être un instrument au service des intérêts de politique étrangère d’un seul pays, ici, les Etats-Unis et ses alliés. Dans ce cas, elle n’est plus nécessaire. »... [Lire la suite]