1er portail des Comores: Actualité et informations générales

Guinée: rencontre entre...

Par , le dans l'actualité africaine
Des soldats du camp Alfa Yaya Diallo près de l'aéroport de Conakry ont tiré lundi en l'air pour réclamé le paiement de leur arriérés de soldes et de meilleures conditions de vie.

Jeudi, les militaires mutins ont réclamé le limigeage de tous les généraux de l'armée et de brefs affrontements entre des militaires mutins et la garde présidentielle ont fait au moins dix blessés.

Jusqu'ici au moins trois personnes ont été tuées, deux à Conakry et une à Kindia (à 130 km au nord-est de Conakry) et des dizaines blessées depuis lundi par des balles perdues.

Le ministre de la Défense, le général Mamadou Baïlo Diallo, avait été limogé mardi par le chef de l'Etat Lansana Conté.

Mardi soir, dans une déclaration, le nouveau Premier ministre guinéen, Ahmed Tidiane Souaré, avait appelé les soldats en colère à la retenue, assurant que leurs principales revendications avaient été satisfaites.... [Lire la suite]

Les cultivateurs sénégalais ...

Par , le dans l'actualité africaine
Cette décision fait suite à des réunions successives des organisations membres du CNCR, de son bureau exécutif et de son conseil d'administration pour analyser le projet GOANA, précise vendredi l'Agence de presse panafricaine.

Ces organisations ont décliné à ce sujet une déclaration lors d'une conférence de presse ce vendredi dans la capitale sénégalaise.

Revenant sur les raisons de cette décision, les membres du CNCR ont jugé les objectifs quantitatifs du projet GOANA "extrêmement ambitieux" et "impossibles à atteindre dans les délais fixés".

"Les expériences et les échecs des programmes spéciaux de production de maïs, de manioc, de sésames et de bissap sont là pour confirmer l'irréalisme de ces objectifs", a déclaré le président du CNCR avant de souligner que les conditions indispensables pour la réalisation de la GOANA à quelques semaines de la saison pluvieuse sont impossibles à réunir.

Par ailleurs, le CNCR annonce que la GOANA qui n'a reçu à l'heure actuelle qu'un financement de 32 milliards de FCFA du budget consolidé d'investissement, connaît un gap de 312 milliards car sa réalisation nécessite un montant total de 344 milliards de FCFA.

Pour la présente campagne agricole 2008, le CNCR appelle ses organisations membres à s'impliquer à la base avec les institutions du développement agricole pour une forte augmentation de la production agricole.

En outre, il demande au chef de l'Etat sénégalais Abdoulaye Wade de mettre en place un cadre de dialogue par la convocation d'urgence, du conseil supérieur d'orientation agro-sylvo-pastorale dont le décret d'application est paru en octobre 2007.... [Lire la suite]

La Grande-Bretagne retournera ...

Par , le dans l'actualité africaine
Selon le journal Guardian de vendredi, le versement de cette somme fait suite à la remise d'un chèque de 150.000 livres sterling au procureur général et au ministre nigérian de la Justice du Nigeria, Michael Aondoakaa à Abuja mercredi.

L'argent sera restitué aux autorités nigérianes après que le processus judiciaire en Grande-Bretagne aurait pris fin selon la loi et avec la coopération du procureur général du Nigeria.

Joshua Dairye est l'un des quatre anciens gouverneurs nigérians accusés de blanchiment d'argent.... [Lire la suite]

L'AFD aide les Comores à apurer...

Par , le dans l'actualité comorienne
L'ambassadeur de France aux Comores, Christian Job et le ministre des Finances, du Budget et du Plan de l'Union des Comores, Mohamed Ali Soilih ont signé jeudi la convention de financement entrant dans le cadre du suivi des résultats de la Table ronde des donateurs des Comores, organisée à Paris le 28 novembre 2007.

"La France, pour avoir souscrit à hauteur de 1, 6 millions d'euros, avant tout autre bailleur-, montre sa volonté de nous soutenir dans notre effort de désendettement", a souligné M. Ali Soilih.

Selon le ministre comorien, le service de la dette de l'Union des Comores en 2007 se chiffre à 8,4 millions de dollars ce qui correspond à près de 13% des recettes.

"Malgré la situation de difficultés budgétaire, mon pays continue à faire des efforts importants pour honorer les paiements de sa dette extérieure, qui se sont élevée à 2, 27 milliards de francs comoriens soit 6,9 millions de dollars en 2007, ce qui est remarquable pour un état aussi fragile", a plaidé le ministre comorien.

L'Union des Comores est actuellement sous un programme de surveillance du FMI et de la Banque mondiale. Elle espère être éligible à un programme de Facilité de réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC) et d'obtenir ensuite l'annulation de la dette dans la cadre l'initiative PPTE réservée aux pays pauvres les plus endettés.

Ce programme exigeait du pays de trouver des arrangements avec ses créanciers dont la BAfD

par : PANA... [Lire la suite]

Un ministre en guerre contre la...

Par , le dans l'actualité comorienne
Sur ordre de M. Ali, des bals de jeunes gens ont été ainsi interdits il y a trois semaines dans la capitale comorienne, au motif que ces rencontres seraient à l'origine de la dépravation des mœurs dans l'archipel.

La consommation des boissons alcoolisées est également dans la ligne de mire du ministre, qui a annoncé la mise en vigueur prochaine de mesures sur leur commercialisation.

Selon un de ses proches, la vente de ces boissons va désormais être soumise à une licence qui sera attribuée avec parcimonie par une commission spéciale dont les membres seront triés sur le volet.

Pana... [Lire la suite]

La tortue marine des Comores ....

Par , le dans l'actualité comorienne
Situé dans la zone du Parc marin de Mohéli créé depuis plus d'une dizaine d'années pour protéger la tortue marine et plusieurs autres espèces faunistiques, le village d'Itsamia se trouve aux premières loges de l'éco-tourisme comorien.

L'association d'Itsamia compte, entre autres actions à son actif, le marquage des tortues marines permettant d'identifier celles-ci partout où on les rencontre, l'une de ses actions phares étant la construction de la Maison de la Tortue qui attire de nombreux touristes de par le monde depuis de nombreuses années.

Mohéli, la plus petite et la plus pauvre des îles de l'archipel des Comores, est aussi celle qui présente le plus d'atouts dans le domaine touristique, raison pour laquelle elle a été choisie pour abriter le "Village du Millénaire", un vaste projet touristique que va financer le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).



Pana... [Lire la suite]

Il était une fois le CFCM ?

Par , le dans actualité européenne
Cette décision de la FNMF, à dix jours des élections (prévues le 8 juin 2008), intervient après le retrait de la Fédération de la Grande mosquée de Paris (FGMP), l'un des membres fondateurs du CFCM. Le 3 mai dernier, la FGMP avait annoncé qu'elle ne participerait pas aux élections du 8 juin. Elle dénonçait les modalités fixant le nombre de grands électeurs par mosquée.

Dans la foulée, la Mosquée de Lyon, dirigée par le M. Kamel Kebtan avait choisi de ne pas participer aux élections en proposant de les reporter à une date ultérieure. Une décision sans surprise au regard des affinités entre la GMP et la mosquée de Lyon.

Le mouvement de boycott a gagné quelques mosquées indépendantes des grandes fédérations musulmanes. C'est le cas de la mosquée de Cannes dont le recteur, M. Dali Mustapha, estime que « Les récents développements entourant la préparation des élections continuent de miner la crédibilité de l'organisation du culte musulman déjà fortement entamée ». La liste de M. Dali (41% aux dernières élections) était arrivée en tête des listes candidates. Mais par un jeu d'alliances locales l'équipe de M. Dali fut tenu à l'écart des affaires du CRCM.

En annonçant le retrait de ses listes, la FNMF « appelle toutes les composantes du CFCM à un dialogue sincère sans léser et sans écarter personne afin de véhiculer une image fidèle de l'islam, et l'améliorer dans l'opinion publique et de trouver un véritable consensus conduisant à la formation d'un CFCM solide, uni et légitime. » Une intention louable qui n'est pas totalement désintéressée.

Car si la FNMF a emporté les dernières élections du CFCM, il apparaît qu'elle n'a aucune chance de remporter les prochaines en raison de la création du Rassemblement des musulmans de France (RMF). Ce mouvement créé en janvier 2006, est initié par les dissidents de la FNMF. Il a vidé la FNMF de sa substance à défaut de pouvoir en prendre le contrôle.

Du coup, le présent boycott annoncé par la FNMF n'a pas d'effet notable sur la participation aux élections. En région PACA par exemple, l'un des CRCM les plus représentatifs, la FNMF n'a pu présenter aucune liste. La seule liste FNMF connue à ce jour est en région parisienne où les pronostics ne sont pas en faveur de la FNMF.

Sur un plan symbolique, l'absence de la FNMF, dans le sillage de la Mosquée de Paris, marque une étape nouvelle dans le processus d'institutionnalisation de l'islam en France. Les conditions de sa création font que le CFCM ne sera une institution viable que s'il parvient à survivre à ses membres fondateurs. En cela, la détermination du RMF, de la FFAICA (Fédération française des associations islamiques d'Afrique, des Comores et des Antilles), du CCMTF (Comité de coordination des musulmans turcs de France) et de bien d'autres mosquées indépendantes montre que cette institutionnalisation est loin d'être achevée.


Vendredi 30 Mai 2008
Amara BAMBA
saphirnews... [Lire la suite]

Enquête sur la profanation d’un...

Par , le dans l'actualité comorienne

Enquête sur la profanation d’un temple protestant




Le Parlement de l’Union d es Comores demande au gouvernement de conduire une enquête sur la profanation d’un lieu de culte protestant à Moroni, dans un communiqué transmis mercredi à la PANA. Le 20 avril dernier, un temple protestant avait été profané à Moroni par des inconnus, avait révélé le pasteur Willy Zakanirina. Les vandales avaient badigeonné des "inscriptions hostiles" sur les murs du temple construit sur les hauteurs de Moroni vers la localité de Mkazi.... [Lire la suite]

Nawal, la voix des Comores

Par , le dans l'actualité comorienne
Nawal, la voix des Comores Aujourd’hui la musique de Nawal a franchi les eaux de l’océan Indien. Aux États-Unis, Aman a eu droit à des éloges prestigieux. Le New York Times, par exemple, a qualifié son album «d’un des albums world les plus marquants de l’année». Les Américains ont un rapport assez naturel avec la spiritualité, relativise Nawal : «Ils sont venus me voir à la fin des concerts et m’ont dit : ta musique nous a réconciliés avec l’Islam.»

La dimension africaine des Comores est très présente dans l’album que découvrent en ce moment les Réunionnais. Nawal tient à montrer, dans la rythmique, les voix, les instruments, cette dimension africaine (bantou, swahili). «Car longtemps, on s’est pris pour des Arabes. Aux Comores, l’Africain, on l’appelle mchendzi, le vilain. J’utilise le gambusi d’Anjouan, le udu, le mbira du Zimbabwe, la calebasse mais aussi le triangle et le bol tibétain (ma culture parisienne). Dans Swing ta vie, Solorazaf donne à sa guitare ce jeu pulsé du kabossy malgache. Dandzi est un blues bantou métaphorique qui est chanté par les femmes.» Mais il y a aussi un côté politique dans sa musique.

Nawal l’a reconnu sur les ondes de RFI : «Leo nileo (vent d’espoir) est dédié à Sambi (président de l’Union des Comores depuis mai 2006, NdlR). Son discours contre la corruption et pour l’union a amené l’espoir et, malgré son côté religieux, il a fait l’unanimité. Dans Méditation, j’ai adapté le discours d’intronisation de Mandela qui dit: «Valorisons ensemble ce qui est bien chez nous.». Depuis, je nourris le projet de monter un village artistique aux Comores.» La musique de Nawal permet en effet de parler des Comores en des termes moins belliqueux. Un vent d’espoir, musical du moins !... [Lire la suite]

A QUI PROFITE LE CRIME ?

Par , le dans l'actualité comorienne
Plusieurs familles comoriennes sans papiers français ont été arrêtées chez eux dans le quartier Kardjavindza à Ongojou (Mayotte), mardi 27 mai 2008 dans la matinée par la gendarmerie nationale, guidée par des gardes-champêtres qui connaissent toutes les familles de ce petit village. Ces personnes travaillaient depuis longtemps dans les champs ou vendaient des produits vivriers au petit marché de ce village. Elles étaient connues par tous les habitants, elles étaient bien intégrées, leurs enfants allaient à l’école et tout se passait très bien selon plusieurs habitants choqués par les méthodes musclées de la gendarmerie. Elles sont sûrement en ce moment dans le centre de rétention "indigne de la République" selon la CNDS, en attendant d’être expulsées vers Anjouan l’île la plus proche de Mayotte par le bateau Maria Galanta qui va reprendre ses rotations Mayotte – Anjouan vendredi prochain, après avoir été interdit de mouiller dans les ports comoriens suite à des nombreuses violations des eaux territoriales des Comores. Ces personnes ayant leurs attaches familiales et professionnelles à Mayotte, vont tenter de revenir en " kwasas-kwasas " (barques de fortunes – voir photo-) et parmi elles, beaucoup vont laisser leur vie dans le bras de mer qui sépare Mayotte des autres îles de l’archipel (appelé aussi " Plus grand cimetière de l’Océan Indien ") : Voilà une autre façon de réduire le nombre des « clandestins » à Mayotte.

Dans la nuit de lundi 3 à mardi 4 décembre 2007, une collision entre une vedette de la police aux frontières et une embarcation ’kwassa kwassa’ avait fait plusieurs morts et disparus. Parmi ces victimes beaucoup tentaient de revenir à Mayotte après avoir été expulsés vers Anjouan par l’administration française. « L’enquête suit son cours comme d’habitude ». A qui profite le crime ?

F. NAIL

bellaciao... [Lire la suite]