1er Portail des Comores: actualités et informations générales

Comores : à l'ONU, Sambi revient sur le statut de Mayotte

Par , le dans l'actualité comorienne
Il a également fait un état des lieux des relations entre les deux pays, rappelant que « plus de 200.000 Comoriens vivent sur le sol français », que « la France est toujours associée dans les grandes décisions internationales qui engagent l’avenir des Comores » et qu'elle reste « le premier partenaire économique des Comores et un des plus grands partenaires de développement ».

Le président comorien s 'est également adressé indirectement aux mahorais, qu'il sait inquiets quant aux avantages matériels liés à la présence française à Mayotte, en leur promettant que « ce processus permettra à nos frères et sœurs mahorais de préserver leurs acquis sociaux, leur niveau de vie ». Quant aux autres habitants de l'archipel, il s'est dit convaincu que ce processus permettrait « aux trois autres îles de relever les défis du développement » et que « cette proposition sera accompagnée par la communauté internationale ».

Côté français, le ministère des Affaires étrangères jugeait cette hypothèse « loufoque » dans les colonnes du bi-mensuel mahorais « Upanga » il y a quelques jours.

malango... [Lire la suite]

Sambi annonce la découverte d’olivine et de la bauxite aux Comores

Par , le dans l'actualité comorienne
D’autres richesses minérales ont été aussi détectées dans l’archipel, selon toujours le président Sambi. « Les résultats des études qui m’ont été remis par les géologues indiquent aussi qu’il existe de l’oxyde de fer dans les trois îles (Anjouan, Grande-Comore et Mohéli) et probablement à Mayotte. Il y a également des minéraux lourds ainsi que des pierres précieuses repérer sur 11 sites dans l’île de Mohéli », a-t-il poursuivi. Le président Sambi a aussi évoqué la présence de traces d’or dans le sous-sol comorien, même si elles n’étaient pas encore confirmées avec précision.

Sambi qui trouve que ses collaborateurs ne le défendent pas suffisamment, passera l’autre partie de son message à « défendre » sa politique depuis qu’il est à la tête de l’Etat comorien. « Grâce à mes efforts notre pays a pu renouer avec les institutions financières internationales comme la banque africaine de développement, le Fmi et la banque mondiale ainsi que des banques comme la banque islamique, le fonds Abu Dhabi et le fonds Kowetien », a martelé le président Sambi. « Nous avons réglé nos arriérés auprès de ces institutions, nous permettant ainsi de bénéficier de nouveaux prêts », a-t-il déclaré.

A en croire le chef de l’Etat, le gouvernement comorien a versé 2 milliards fc. Au cours de son discours, il est ensuite revenu sur la loi sur la citoyenneté économique, un programme qui apportera la somme de 200 millions de dollars à l’Etat comorien. « Cet argent sera versé très prochainement à la Banque centrale des Comores. Une partie de cette somme (25 millions de dollars) servira comme aide budgétaire et l’autre partie (175 millions de dollars) sera consacré à la réalisation de grands travaux d’infrastructures », a-t-il annoncé.

F.A.
malango

... [Lire la suite]

MAYOTTE : mensonge, trahison et vidéo

Par , le dans l'actualité comorienne
Il n’en reste pas moins vrai qu’une fois de plus, le pouvoir comorien et particulièrement le chef de l’état a démontré sa capacité de mentir sans vergogne à ses citoyens, exprimant tout le mépris qu’il ressentait à son égard ..... d’autant plus que ce discours a été diffusé un jour de l’ide.

Nous finirons par apprendre quelles sont les contreparties que les Comores ont obtenu de la France pour cette trahison, quelles sont les nouvelles formes de négociations mises en oeuvre, qui de la location, qui de la vente........

Pendant ce temps, alors même que le ministre de l’intérieur comorien prétend combattre ce qu’il qualifie "d’"immigration clandestine" , des milliers de comoriens continueront de périr dans les passes mahoraises...

Pendant ce temps, aucune institution comorienne ne subsiste, capable de renvoyer le président à ses devoirs et de lui demander de rendre compte de ses mensonges.

Il ne fait aucun doute que le desarroi va s’emparer des patriotes comoriens, et que sans doute ceux ci devront redéfinir une stratégie, devant ce qu’il faut bien qualifier de refus des autorités comoriennes d’utiliser les moyens juridiques à leur disposition pour mettre en oeuvre avec cynisme des plus odieux marchandages, dont la monnaie se traduit hélas en vies humaines.

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Assemblée générale

Soixante-quatrième session

2e séance plénière – matin

L’ASSEMBLÉE AJOUTE HUIT POINTS À SON ORDRE DU JOUR DONT « LE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE ET LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ DANS LE MONDE ET LA POLITIQUE ÉTRANGÈRE »

L’Assemblée générale a adopté, ce matin, l’ordre du jour* de sa soixante-quatrième session et y a ajouté huit nouveaux points dont « le développement agricole et la sécurité alimentaire », et « la santé dans le monde et la politique étrangère » qu’elle examinera en plénière.

Suivant les recommandations de son Bureau, l’Assemblée se penchera sur plus de 160 points pendant la partie principale de ses travaux qui devraient se conclure le 15 décembre, après le débat général prévu, du 23 au 28 septembre.

Parmi les nouveaux points, l’Assemblée examinera également les questions liées à la coopération entre l’ONU et l’Organisation de Shanghai pour la coopération, ainsi qu’à l’Organisation du Traité de sécurité collective.

Elle se prononcera aussi sur l’octroi du statut d’observateur à la Commission internationale humanitaire d’établissement des faits, au Comité international olympique et à la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs.

L’Assemblée reviendra sur l’octroi du statut d’observateur au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, dont elle avait reporté l’examen lors de la précédente session. Le « soixante-cinquième anniversaire de la Seconde Guerre mondiale » a aussi été inscrit comme nouveau point à l’ordre du jour de cette soixante-quatrième session.

L’Assemblée a en revanche décidé de reporter à une date qu’elle n’a pas précisée, l’examen du point intitulé « Question de l’île comorienne de Mayotte ». La « Question des îles malgaches Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India » se verra inscrite, quant à elle, à l’ordre du jour provisoire de la soixante-cinquième session.

L’Assemblée a également approuvé la répartition des points entre ses six Grandes Commissions. Son Président, M. Ali Abdussalam Treki de la Libye, a notamment précisé que la Troisième Commission serait saisie du rapport du Conseil des droits de l’homme, fait dûment noté par le représentant de Cuba.

M. Treki a aussi indiqué que le Saint-Siège et la Palestine participeront aux travaux de la soixante-quatrième session en leur qualité d’observateurs.

Selon le programme de travail, la Commission des questions de désarmement et de sécurité internationale (Première Commission) devrait achever ses travaux le mardi 3 novembre ; suivie de la Commission des questions politiques spéciales et de la décolonisation (Quatrième Commission) et de la Commission juridique (Sixième Commission) qui devraient clore leurs travaux respectivement le mercredi 11 novembre et le jeudi 12 novembre.

Les travaux de la Commission des questions sociales, humanitaires et culturelles (Troisième Commission) et de la Commission des questions économiques et financières (Deuxième Commission) devraient s’achever le mardi 24 novembre. La Commission des questions administratives et budgétaires (Cinquième Commission) fermerait quant à elle ses portes le vendredi 11 décembre au plus tard.

L’Assemblée générale a prévu de clôturer les travaux de sa présente session le 13 septembre 2010. Son débat général commencera mercredi 23 septembre, à partir de 9 heures.

* A/64/250 http://ilesdelalune.over-blog.com... [Lire la suite]

Des fonds pour le transport maritime aux Comores

Par , le dans l'actualité comorienne
La réalisation de ces trois ports coûtera dix millions de dollars, entièrement financés par le groupe Comoro Gulf Holding (CGH), qui projette de créer bientôt une société de transport maritime.

Le groupe Comoro Gulf Holding, installé dans l'archipel depuis 2006, est propriétaire d'un hôtel 4 étoiles et de la Banque fédérale de commerce (BFC), ouverte en juin dernier, et travaille dans le domaine de la communication et des médias.

Dans quelques mois, CGH a annoncé le lancement d'une société de téléphonie mobile, pour devenir ainsi le deuxième opérateur du pays dans ce domaine.
:clap

Moroni - 19/09/2009

Pana ... [Lire la suite]

Nourdine Bourhane agressé

Par , le dans l'actualité comorienne
Nourdine Bourhane a été agressé alors qu'il se rendait à Mdjoiézi, invité avec plusieurs membres du gouvernement par le ministre de l'Education nationale, Kamaleddine Afraitane.

Pour les observateurs, l'agression pourrait être liée aux propos tenus la veille, par le ministre de l'Intérieur de la Grande-Comore, Mohamed Abdou Mhadjou, très remonté contre le pouvoir central et surtout contre les Anjouanais.

M. Mhadjou, recherché par la Gendarmerie, est resté invisible toute la matinée de lundi.

Le gouvernement de la Grande-Comore a demandé à rencontrer celui de l'Union des Comores en vue de "calmer le jeu entre le pouvoir central et celui de l'île".

"Cette rencontre, a dit le ministre de la Justice, se fera en deux temps, cet après-midi, à 13h 00 et à 15h GMT".

Dans une interview publiée ce lundi par l'hebdomadaire "Albalad", le président de l'île, Mohamed Abdouloihabi, a exprimé sa volonté d'établir un "rapport de force soutenu" à l'endroit du gouvernement de l'Union des Comores".

"Il faut absolument changer d'attitude quelles que soient les conséquences", a affirmé M. Abdouloihabi à l'hebdomadaire, tandis que vendredi, son ministre de l'Intérieur avait dit que désormais les Anjouanais devraient être titulaires d'un certificat, faisant clairement allusion aux origines anjouanaises du président comorien Ahmed Sambi.


Pana... [Lire la suite]

Maalesh, tout en douceur

Par , le dans l'actualité comorienne
Maalesh, tout en douceur Yelela, troisième album du chanteur comorien
Lauréat du prix Musiques de l’océan Indien en 2007 et ancien vainqueur du concours Découvertes de RFI, le Comorien Maalesh réussit avec son troisième album Yelela, sous-titré "Afrique du soleil levant", à planter un décor et à suggérer des images à travers ses chansons empreintes de simplicité qui bercent les esprits. Un voyage aussi dépaysant qu’apaisant.


A regarder de près la carrière de Maalesh, il n’y a guère de doute : la visibilité d’un artiste n’est pas forcément fonction du nombre de lignes que compte sa discographie. Depuis qu’il a remporté en 1995 le prix Découverte de RFI à Dakar, le chanteur comorien n’a enregistré que trois albums, et pourtant son CV musical est d’une densité difficilement imaginable, rempli chaque année de concerts et tournées effectuées en Europe, en Amérique du Nord, en Afrique ou encore dans l’océan Indien. "Je suis un peu le chemin de Francis Cabrel : il ne fait pas des chansons tous les jours, mais quand c’est le cas il donne tout de lui", commente-t-il quelques semaines après avoir justement pris part à la 28e édition des Rencontres d’Astaffort montées par la vedette française à laquelle il se réfère.... [Lire la suite]

MAYOTTE OU LE PALAIS DES EXPERIENCES...

Par , le dans l'actualité comorienne
Pour la France, la fin justifie les moyens de parvenir à son ultime objectif : faire de Mayotte une terre française. Ainsi l’ancien colonisateur se vengera-t-il des Iles Comores qui ont osé arracher avec finesse leur indépendance des mains vigoureuses d’une des grandes puissances du Monde. La France qui voit plus loin que ses radars, a bien réalisé qu’il n’est rien de plus pénible à une personne que de le persuader à altérer son identité. Aussi a-t-il préparé le Maoré à commettre l’ignoble erreur, celle de renier ses origines, d’avouer qu’il a du sang blanc dans les veines, que sa peau noire n’est qu’un masque. Elle lui brosse une série de raisons, visant à brouiller les esprits des souverainetés et à bander les yeux des dignités.

La plus indigne raison n’est que celle qui prend appui sur le nombre d’hommes, de femmes et d’enfants, noyés dans leur tentative d’atteindre Mayotte. « Les comoriens n’hésitent pas à risquer leur vie dans la mer afin de vivre la paradisiaque vie du Maoré. » Ces propos des colons français résidant à Mayotte, ne font qu’humilier le degré de réflexion et de conscience du Maoré qu’on ne compare pas avec le français du métropole, du moins de La Réunion, mais avec ses frères et sœurs qui empruntent la voie de la mort pour monter au monde entier que la mise en place d’un visas pour un déplacement d’un point à un autre dans le même pays, n’est qu’une humiliation pour laquelle il faut mourir plutôt que de la subir.

La question à poser au pays des Droits de l’homme est combien faut-il de morts comoriens de plus pour faire persuader à la France que Mayotte ne peut pas se séparer de ses îles sœurs, ne peut pas devenir un département français. La France, qui a usé de son bec et de ses ongles pour se libérer de l’Allemagne Nazi, ne doit pas ignorer l’affliction dans laquelle plongent la tradition, la civilisation, la religion et la langue comoriennes. Puisqu’on juge ces dernières insuffisantes pour signifier que quatre îles bénéficiaires de ces points communs forment un même pays indivisible, que le pays des Droits de l’homme nous montre alors quels gènes de plus faut-il aux « Iles de la lune » pour justifier au monde entier que la France ne doit pas continuer à occuper l’île de Mayotte, moyennant la loi du plus fort.

La France est, certes, puissante. Mais cela n’implique pas que les Comores sont impuissantes. Ils jouissent de la vérité, cette force qui fait toujours triompher les nains sur les colosses, qui fait tomber les murs instaurés par les illusions, qui nous fait toujours croire que les habitants de Mayotte finiront, prochainement ou à la longue, par rejoindre ses îles sœurs.

Mohamed BACHIROU
Ecrivain, auteur du livre : "Du côté des proverbes comoriens"
... [Lire la suite]

Grosses pluies et gros dégâts à Mayotte

Par , le dans l'actualité comorienne
Des maisons ont été inondées et envahies de boue, des axes routiers endommagés, ainsi qu’un pont. Le trafic aérien a été interrompu durant toute la journée et l’aéroport de Dzaoudzi-Pamandzi a été fermé. Le transport maritime entre la Grande et la Petite terre a été interrompu une partie de la journée. Les pompiers ont du intervenir dans certains bidonvilles et des villages en brousse. Un mois de pluie en quelques heures
Deux personnes ont été légèrement blessées dans la matinée, selon Emmanuel Baffour, chef interministériel de défense et de protection civile à la préfecture de Mayotte. "En quelques heures, il est tombé l’équivalent de pluies d’un mois de décembre complet", a de son côté indiqué Noël Carton, délégué de Météo France à Mayotte, qualifiant ces intempéries "d’exceptionnelles par leur intensité".

Après une accalmie lundi après-midi, la préfecture a lancé une nouvelle consigne d’alerte aux fortes pluies à partir de lundi 21H00 jusque dans le courant de la journée de mardi.

actu-com et rfo mayoote ... [Lire la suite]

Bush se fait jeter une chaussure dessus

Par , le dans actualité Internationale
Bush se fait jeter une chaussure dessus, lors d'une conférence de presse dimanche dernier, et c'est tout le Net arabe qui s'enflamme. Notre Observateur à Baghdad nous raconte par ailleurs que le journaliste responsable de ce jet de savate est aujourd'hui devenu une véritable icône en Irak.... [Lire la suite]