Plusieurs villes et villages ont manifesté ce vendredi contre le régime d’Azali

Partager

Ils étaient des dizaines de milliers de manifestants à descendre hier dans les rues de Ngazidja pour demander la fin du régime actuel, le retour de l’Etat de droit et l’organisation des nouvelles élections présidentielles. Du nord  au sud de l’île y compris la banlieue de Moroni (Itsandra), des manifestations ont été observées. Mbeni, Mkazi, Itsandra, Dembeni, Chomoni, Vuvuni, Dzahani ont tous manifesté cette semaine contre le régime dictatorial actuel.

Les comoriens de la diaspora, qui manifestent déjà depuis 3 semaines contre le hold-up électoral, comptent aussi organiser des manifestations dimanche prochain dans les grandes villes de France et à Dakar.

Le président actuel des Comores, le colonel Azali Assoumani, a organisé un hold-up électoral le 24 mars dernier et s’est autoproclamé président de l’Union des Comores. Les candidats de l’opposition, ont par la suite créé un conseil national de transition (CNT). Les membres de ce dernier ont été traqués, arrêtés, torturés et mis en prison. Ceux qui ont réussi à s’échapper de la police militaire, se sont réfugiés soit à Mayotte, soit en France.

L’ancien président du CNT, le colonel Campagnard, a été arrêté, torturé, et forcé à signer une déclaration comme quoi il reconnait Azali comme étant le président légitimement élu par le peuple. Depuis lors, il est placé en résidence surveillé, privé de téléphone, d’internet et de tout contact avec le monde extérieur. Son remplaçant, l’ancien gouverneur Mougni Baraka, est maintenant placé sous contrôle judiciaire.

Partager