Tabassé par la police parce qu’il a refusé de couper ses cheveux, il est en ce moment hospitalisé

Partager

Un jeune homme originaire de Simbusa est victime de la barbarie policière que connait en ce moment les Comores. Cette émergence vers les cimetières à l’horizon 2030 risque de ne laisser vivant que le clan Azali dans ce petit pays insulaire de l’Océan  indien.

Les éléments de la police ont trouvé cet homme avec des cheveux long qu’il a d’ailleurs tresser. C’est donc un grand délit, dans ce Kikiland où les imams sont torturés moralement et physiquement pour avoir voulu prendre Mahomet comme exemple.

Les policiers ont donc demandé au jeune homme de couper ses cheveux, ce qu’il a catégoriquement refusé.  Rien que pour ça, les assassins au service d’Azali l’ont roué des coups. Heureusement, le jeune homme n’a pas rejoint la liste longue des citoyens assassinés par les forces de l’ordre sous ce règne du dictateur Azali Assoumani.

La victime se trouve dans un sale état. Il est actuellement hospitalisé…

Partager