Une nouvelle loi pourrait empêcher les parents comoriens de Marseille de toucher des allocations familiales

Partager

Ce mardi 14 mai, la majorité sénatoriale française a voté une loi consistant à punir les familles dont les enfants s’absentent trop ou ne vont pas du tout à l’école.

Selon cette nouvelle loi, les parents dont les enfants s’absentent à l’école, ne toucheront pas des allocations familles. Si cette loi entre en vigueur, ça sera une bonne nouvelle pour les enfants d’origines comoriennes et un coup dur pour la majorité des parents comoriens à Marseille.

Beaucoup des parents comoriens à Marseille ne travaillent presque pas. Ils restent à la maison et pondent des enfants à la dizaine afin de toucher le maximum d’allocations familiales. Une fois amasser cet argent, ils partent aux Comores pour  faire le boucan, construire des maisons qu’ils n’habiteront presque jamais, gaspiller ce qui ce était sensé construire l’avenir de leurs enfants dans des grands mariages.

Une fois à Marseille, leurs enfants sont contraints de manger des pâtes alimentaires tous les jours. Beaucoup d’entre eux traînent dans les rues et ne vont même pas à l’école. A l’adolescence, ils devient des voleurs et des trafiquants de stupéfiants.  Aucun mois ne passe sans qu’on apprenne qu’un comorien a été condamné pour vol, viol, assassinat ou trafic de stupéfiants en France — si ce n’est pas un mahorais, c’est un ngazidjanais; rarement que ça soit un anjouanais ou un mohélien.

Partager